/news/society
Navigation

L’humain meilleur que la machine pour goûter l’alcool

emploi goûteur
Photo collaboration spéciale, Geneviève Quessy Isabelle Rochette, devant l’alambic de la distillerie Cirka, dans lequel est distillée la vodka.

Coup d'oeil sur cet article

Isabelle Rochette

45 ans | Distillatrice 

Années d’expérience : 3 ans

Les distilleries artisanales se multiplient au Québec, ce qui fait renaître le métier de goûteur d’alcool, qui n’existe plus dans les distilleries industrielles où l'on fait confiance aux machines.

Isabelle Rochette, distillatrice de production chez Cirka à Montréal, doit goûter la vodka à des étapes bien précises, afin d’éviter d’embouteiller les mauvais alcools produits en début et en fin de processus.

« Au début, c’est de l’acétone qui est produite, un alcool toxique qui donne mal à la tête. Je dois donc goûter aux deux minutes environ pour détecter quand survient le bon alcool, l’éthanol, et commencer à le recueillir », explique Mme Rochette.

Moins efficace

Dans les distilleries industrielles, ce processus est confié à une machine, ce qui laisse passer une certaine quantité de mauvais alcool. C’est pour s’assurer d’une qualité de produit irréprochable que les distilleries artisanales recommencent à confier ces tâches aux humains.

« Rendu à la fin de la distillation, c’est encore plus délicat et je dois parfois goûter aux 30 secondes, car un litre d’alcool de queue suffit à ruiner une production de vodka », dit Isabelle Rochette.

Puisqu’elle ne goûte qu’avec le bout de son doigt, la distillatrice ne craint ni l’ivresse ni les maladies de foie.

« C’est un métier multisensoriel. J’observe aussi la texture et la sensation de chaleur de l’alcool », dit-elle. Une appréciation que l’humain fait mieux que la machine, selon elle.

Populaire

Isabelle Rochette doit aussi goûter le gin pendant sa distillation afin de s’assurer de retirer les aromates utilisés pour le parfumer, baies de genièvre et autres épices, avant qu’ils ne libèrent leur amertume.

« C’est en distillant qu’on devient distillateur », dit Mme Rochette, qui a appris les bases de son métier de goûteuse en étudiant la sommellerie et sous la tutelle de Paul Cirka, maître-distillateur.

Avec l’industrie qui se met en place, les occasions de formation se multiplient pour ceux qui veulent apprendre le métier.

« Vers 1840, le Canada comptait plus de 200 distilleries, mais avec la fin de la prohibition américaine, elles ont progressivement disparu », dit Annick Van Campenhout, de l’Association des Microdistilleries du Québec.

Selon elle, l’industrie s’est mise à renaître au courant des années 2000, avec une fulgurante expansion dans les six derniers mois.

« Il y avait 15 distilleries à la fin décembre. On en compte 35 aujourd’hui, et plusieurs autres en attente de permis », affirme Mme Van Campenhout.