/misc
Navigation

Le bouclier de Robert Lepage

Coup d'oeil sur cet article

Il y a fort peu longtemps au Québec, l’élite était anglophone. L’argent sonnait anglais. Nous étions les opprimés et les stigmates de cette oppression se font encore sentir aujourd’hui.

Nous, Québécois, entretenons toujours un complexe d’infériorité qui nous rend susceptibles et « soupe au lait ». Lorsqu’une communauté, opprimée depuis des siècles, se lève debout et dénonce que l’on s’approprie sa culture, au lieu de nous rallier, on lève notre bouclier en scandant : « On a ben le droit de s’inspirer de l’oppression qu’ont subie les esclaves, parce que, nous aussi, tu sais... »

Nous aussi, tu sais...

Nuançons. La population noire a subi beaucoup plus d’oppression que nous. Environ 12,5 millions d’êtres humains ont été arrachés à l’Afrique pour devenir esclaves dans un contexte législatif qui a permis cette « activité économique » pendant près de 400 ans !

Vous savez, le commerce d’êtres humains, la suppression de toutes libertés ? Je pense que ce que mes aïeux ont pu subir est loin d’être comparable.

Et le pire, c’est que d’une certaine façon, ça continue ! Le racisme systémique crée des conditions où la discrimination et le profilage racial sont certes moins visibles, mais pas moins nuisibles.

Racistes, nous ?

Pensons à d’autres peuples. Les Autochtones, tiens. À l’époque, en créant les pensionnats, on voulait « Tuer l’indien dans l’enfant ». Le Québécois de l’époque s’est-il indigné contre son « oppresseur », le gouvernement canadien, qui a mis en place de telles mesures ? Non.

Si ce n’est pas du racisme ça, je me demande ce que c’est...

Dans un monde idéal, avec des papillons et des licornes, le concept de race n’existerait pas. Tous les êtres humains évolueraient dans des conditions similaires et occuperaient une place égale à la ligne de départ.

Malheureusement, ce n’est pas le cas.

C’est pour cette raison que certains parlent, se lèvent et manifestent avec courage.

C’est pour cette raison que certains perdent patience et sont en colère.

Parce que ç’a assez duré !

Vous vous souvenez des émeutes du Forum ? Le début de la Révolution tranquille...

Ça avait assez duré !

Nous, Québécois dits « de souche », à la fois opprimés et oppresseurs, devrions baisser la garde, faire preuve d’introspection, et nous rallier.

Les oppressions que nous avons subies n’ont rien de comparable à celles qu’ont subies et subissent encore les Noirs, mais elles devraient nous rendre plus compréhensifs et sensibles.

La réponse de Robert Lepage suite à l’annulation de la pièce SLAV est regrettable. Écouter les critiques qui lui ont été adressées de la part de la communauté noire aurait pu changer le cours des choses.

Inclure une majorité d’interprètes noirs dans le casting, tel que Webster, consultant sur le spectacle, l’avait suggéré, aurait pu changer le cours des choses.

Offrir des représentations gratuites à des communautés qui en ont moins les moyens aurait aussi pu changer le cours des choses.

Ce spectacle serait aujourd’hui rempli de sens.

Robert Lepage a levé son bouclier. Il aurait dû baisser sa garde.