/news/transports
Navigation

1,5 M$ pour former des employés de traversiers

La STQ octroie un contrat à une firme externe même si elle possède l’expertise

F-A Gauthier
Photo courtoisie site web de la Société des traversiers Depuis sa mise en service à l’été 2015, le F-A Gauthier est le premier traversier à être propulsé au gaz naturel liquéfié en Amérique du Nord.

Coup d'oeil sur cet article

La Société des traversiers du Québec (STQ) paiera 1,5 M$ à une firme privée pour permettre la formation de son personnel navigant à l’opération de deux nouveaux navires au gaz naturel, et ce, même si elle possède déjà l’expertise de navigation à l’interne.

La STQ a signé récemment un contrat de gré à gré d’une valeur de 1,5 M$ avec la compagnie Horizon Maritime Service pour la « fourniture de membres d’équipage certifiés pour la navigation au gaz naturel ». L’entreprise de la Nouvelle-Écosse est « le seul prestataire connu pouvant fournir les ressources » selon les documents d’appel d’offres.

L’entente a été conclue en prévision de la livraison des nouveaux navires de la société, le NM Armand-Imbeau II et le NM Jos-Deschênes II, à la traverse Tadoussac–Baie-Sainte-Catherine, prévue finalement pour octobre 2018 et janvier 2019.

Seule manière envisageable

L’organisme gouvernemental indique que cette façon de procéder était la seule envisageable, malgré le fait que Québec possède déjà la technologie au gaz naturel et a déjà des équipages formés pour ce type de navigation. La société opère le F-A Gauthier, utilisant le gaz naturel, depuis 2015.

« Toutes les personnes qualifiées sont affectées à l’exploitation de la traverse de Matane. L’été est la haute saison pour la Société des traversiers. [...] Conséquemment, nous n’avons pas de personnel formé pour le gaz naturel liquéfié en surplus et disponible pouvant offrir la formation aux collègues de Tadoussac », explique Julie Drolet, directrice des communications de la STQ.

Neuf employés

Le contrat de 1,5 M$ prévoit l’envoi par Horizon Maritime de neuf employés, ce qui représente des coûts de 166 000 $ par membre d’équipage. Leur mandat s’échelonnera sur un maximum de 14 semaines.

Les marins seront appelés à « surveiller et entretenir le navire », en plus de l’opérer lors de sorties durant l’apprentissage des employés de la STQ. Une partie de la formation sera dispensée par des gens de l’interne ayant été formés par le chantier naval responsable de la construction des navires, soit le chantier Davie.

Initialement prévue pour 125 M$, la construction des deux nouveaux navires de la STQ pourrait finalement dépasser les 200 M$. D’importants retards ont aussi été observés alors que la première livraison était prévue pour 2015 au départ.