/sports/hockey
Navigation

Arbitrage salarial dans la LNH : sept dossiers à suivre

Phillip Danault
Photo Martin Chevalier Phillip Danault

Coup d'oeil sur cet article

N’étant pas en mesure de s’entendre avec leurs clubs respectifs, quelque 44 joueurs de la Ligue nationale de hockey (LNH) ont réclamé le processus d’arbitrage salarial au début du mois de juillet.

Depuis, plusieurs ont paraphé des ententes. Les médiateurs auront malgré tout du pain sur la planche, avec plusieurs joueurs d’impact encore en quête d’un contrat.

Voici sept dossiers qui retiendront l’attention d’ici la fin des audiences, le 4 août prochain.

 

Phillip Danault, Canadien de Montréal

À l’image du Tricolore, Danault a connu une saison 2017-2018 en montagnes russes. Récoltant huit buts et 25 points en 52 parties, le joueur de centre a été secoué d’une grosse frayeur lorsqu’il a été atteint d’un tir frappé de Zdeno Chara à la tête.

Ratant plusieurs matchs en raison d’une commotion cérébrale, l’athlète de 25 ans originaire de Victoriaville a malgré tout montré une moyenne de points par match pratiquement identique à celle de la campagne précédente, lorsqu’il avait établi des marques personnelles avec 13 filets et 40 points en 82 rencontres.

 

William Karlsson, Golden Knights de Vegas

Le Suédois représente assurément un cas intriguant. À la surprise générale, Karlsson a véritablement éclos sur le plan offensif, comme le démontre sa fiche de 43 filets et 78 points en 82 parties.

Le joueur de 25 ans n’avait jamais dépassé le cap des neuf buts et des 25 points avec les Blue Jackets de Columbus avant d’être sélectionné au repêchage d’expansion.

Comme s’il avait besoin d’arguments supplémentaires, il a mis la main sur le trophée Lady Bing en n’écopant que de six pénalités mineures. Il a montré un différentiel de + 49, de loin le meilleur de la LNH.

 

Mark Stone, Sénateurs d’Ottawa

À 26 ans, l’ailier droit vient d'offrir son meilleur rendement offensif, amassant 20 buts et 62 points en seulement 58 matchs. Seulement 13 joueurs ayant disputé au moins 50 parties ont revendiqué une meilleure moyenne de points par rencontre lors de la dernière campagne.

Après avoir complété au terme de la saison un pacte de trois ans et de 10,5 millions $, Stone devrait obtenir une hausse de salaire significative.

 

Mathew Dumba, Wild du Minnesota

Le défenseur canadien s’est imposé cette année comme un joueur d’impact. Capable de mises en échec percutantes, Dumba s’est épanoui sur le plan offensif, comme le démontrent ses 14 filets et 50 points en 82 duels.

À seulement 23 ans, la septième sélection au total lors de l’encan amateur en 2012 pourrait décrocher une entente à long terme très lucrative s’il s’entend avant son audience.

 

Jason Zucker, Wild du Minnesota

Le directeur général du Wild, Paul Fenton, en a plein les bras par les temps qui courent. Tout comme son coéquipier Dumba, Zucker a également connu sa meilleure campagne en carrière. Il a touché la cible 33 fois, en plus de se faire complice de 31 buts de ses coéquipiers, pour un total de 64 points.

Considérant qu’il a complété un contrat de deux ans qui lui rapportait 2 millions $ par année, Fenton et le Wild devront assurément encaisser une forte hausse de la masse salariale en vertu de ces nouvelles ententes.

 

Elias Lindholm, Flames de Calgary

Impliqué dans la transaction qui a envoyé Dougie Hamilton aux Hurricanes de la Caroline, le Suédois de 23 ans pourra utiliser sa constance comme principal argument auprès de l’arbitre.

Au cours de ses quatre dernières saisons, l’attaquant a montré des fiches de 39, 39, 45 et 44 points.

 

Joel Armia, Canadien de Montréal

Fort d’un total de 29 points en 79 matchs avec les Jets de Winnipeg en 2017-2018, la récente acquisition du Bleu-Blanc-Rouge ne fera pas sauter la banque, mais pourrait obtenir une augmentation, lui qui a obtenu 925 000 $ lors de la dernière campagne.