/misc
Navigation

Netflix, un projet international qui promet

Logo de la compagnie Netflix
Photo d'archives, AFP Logo de la compagnie Netflix

Coup d'oeil sur cet article

Vous vous souvenez qu’hier je vous ai présenté la personne derrière le projet de stand-up international de Netflix, le Montréalais Robbie Praw ? Cet ancien de Just for Laughs (JFL) avait à sa charge la vice-présidence du pendant anglophone de Just pour rire. Ce n’était pas rien !

C’est un homme qui, pendant ses douze ans avec la compagnie, a parcouru le monde à la recherche de nouveaux talents et qui a lancé les expériences de JFL en Afrique du Sud et en Australie.

Et si votre tête est déjà en train de faire « 1 + 1 » en lisant ceci, vous allez vite voir venir la suite de ce texte.

Hier, je vous ai promis de jeter un coup d’œil aux choix d’artistes faits pour le projet de Netflix et de réfléchir au rôle de JFL. Le tout est en cohérence avec le rôle que Robbie Praw a joué chez nous pour le développement international de l’entreprise du petit diable vert et avec les artistes choisis pour le projet.

Just for Laughs, une vitrine internationale

Rappelons d’abord le rôle de Just for Laughs et de son festival à Montréal.

JFL est une sorte de gros catalogue Sears vivant, si on me permet la métaphore un peu grossière. Bien sûr, il offre une expérience festivalière de grande qualité pour les amateurs d’humour dans la langue de Shakespeare, mais c’est aussi, et surtout, l’endroit où les gestionnaires d’humour anglophone viennent faire parader leurs talents et magasiner les prochaines vedettes.

Pour nourrir un événement comme celui-là, il est nécessaire d’avoir des yeux partout sur la planète pour repérer les talents.

Et il peut devenir essentiel de créer des festivals satellites dans d’autres grands centres de la planète pour tester les marchés.

Au cours des dernières années, le regard de JFL s’est entre autres posé sur l’Afrique du Sud où une génération d’excellents humoristes, dont est issu Trevor Noah du Daily Show, semble avoir atteint une belle maturité pour l’exportation.

Robbie Praw a donc utilisé le bagage de connaissances recueillies à JFL dans ce projet de stand-up international à Netflix. 

Et comme c’est un rêve partagé par plusieurs artistes anglophones de se produire sur les scènes montréalaises lors de JFL, et que certains artistes choisis en sont déjà des habitués, il était plus que logique économiquement de filmer les prestations de plus de 32 des 47 artistes chez nous.

Et probablement qu’avec une petite alliance avec Juste pour rire et/ou d’autres producteurs québécois, Netflix pourra profiter de crédits d’impôts à la production télévisuelle.

Surtout, cela donne du travail à nos artisans de la télévision, à nos professionnels, au lieu de se faire en grande partie à Los Angeles ou ailleurs, alors tant mieux.

Les artistes choisis

D’abord, un reproche : on peut légitimement se demander pourquoi Netflix a mis dans une même enveloppe nommée « Afrique » les quatre humoristes choisis sur le continent qui sont tous... des Sud-Africains. Pourquoi ne pas l’avoir mentionné directement ? Ils distinguent bien la France et le Royaume-Uni de l’Europe, ainsi que le Canada et les États-Unis de l’Amérique du Nord, pas vrai ? L’Afrique du Sud ne résume pas toute l’Afrique à elle seule et devient un incubateur de talents de plus en plus important. Il me semble que ça mérite une distinction propre, non ?

Du reste, chapeau pour la diversité. On a de tout dans cette belle brochette d’artistes : artistes ouvertement affichés dans la communauté LGBTQ+, d’origines immigrantes, femmes ... quoique, sur ce dernier aspect, c’est encore la grosse minorité. Disons que pour les 30 artistes annoncés, 16 ne sont pas blancs (super !), mais seulement 10 sont des femmes (moins super...).

Pour le Canada particulièrement, ce sont deux artistes de sexe féminin seulement sur les huit choisis. Il me semble qu’on aurait pu faire mieux, surtout qu’en Grande-Bretagne, on en a deux sur quatre (dont une née au Canada) et que les deux artistes de la Nouvelle-Zélande sont des femmes... En tout cas.

Surtout, la qualité est prometteuse. Ce sont pour la grande majorité des professionnels de hauts niveaux et tous sont multiplateformes.

Et tous les styles sont présents : observation, engagé, controversé, absurde, etc.

Ça promet énormément. Chose certaine, Netflix pourra compter sur mon entière attention lors de la diffusion des épisodes en 2019. Et vous ?

Pour les curieux, voici la liste des artistes annoncés tirée du Hollywood Reporter :

 

États-Unis

Chris D’Elia

Neal Brennan

Nicole Byer

Nick Swardson

 

Royaume-Uni

Nish Kumar

Joel Dommett

Mae Martin

Ellie Taylor

 

France

Shirley Souagnon

Jason Brokerss

(deux autres humoristes seront annoncés sous peu)

 

Afrique

Loyiso Gola

Loyiso Madinga

Tumi Morake

Riaad Moosa

 

Australie

Joel Creasey

Nazeem Hussain

 

Nouvelle-Zélande

Urzila Carlson

Cal Wilson

 

Canada

Adib Alkhalidey

Francois Bellefeuille

Ivan Decker

Louis-José Houde

Katherine Levac

Dave Merheje

Deanne Smith

K. Trevor Wilson

 

Moyen-Orient

Moayad Alnefaie

Adi Khalefa

Rawsan Hallak

Ibraheem Alkhairallah