/sports/soccer
Navigation

Mondial: France et Croatie pour la gloire, Angleterre et Belgique pour l’honneur

Mondial: France et Croatie pour la gloire, Angleterre et Belgique pour l’honneur
AFP

Coup d'oeil sur cet article

MOSCOU | Attention à garder son influx. La gestion des dernières heures avant la finale de la Coupe du monde va être cruciale pour Français et Croates. Pour Anglais et Belges, il faut se motiver pour jouer le match pour la 3e place, samedi.

« Elle est tellement proche cette Coupe qu’on a envie de la toucher. Mais avant de la toucher, il y a 90 minutes, voire 120. Il va falloir tout donner. Je pense que c’est le match de notre vie », lance le milieu des Bleus et de la Juventus Blaise Matuidi.

« C’est le match d’une vie, d’une future vie, de tout! », a confirmé Kylian Mbappé sur les réseaux sociaux de la fédération française de football, des étoiles dans les yeux en rêvant d’en décrocher une - ce serait la deuxième pour les Bleus - à 19 ans seulement.

« Oui, ça peut changer (la vie), mais on ne pense pas trop à dimanche soir ou lundi. On veut préparer le match », insiste de son côté Antoine Griezmann

Le leader d’attaque de Didier Deschamps se sait attendu pour cette finale, au terme d’un tournoi où il monte en puissance et présente des statistiques correctes (trois buts dont deux pénalités et une bourde de gardien, deux passes décisives sur coups de pied arrêtés). Mais elles ne sont pas aussi ébouriffantes qu’à l’Euro-2016, fini sur des titres de meilleur joueur et meilleur buteur avec 6 réalisations.

« On a des rêves » 

« En étant meilleur buteur, on a perdu (en finale 1-0 a.p. face au Portugal, NDLR), je me suis dit: « Je vais mettre moins de buts pour voir si on la gagne » », sourit-il.

Mais il martèle son ambition: « Je veux l’étoile et, si j’ai l’étoile, je m’en fous du jeu! » Assumant ainsi le « style Atlético Madrid » de la sélection française, dans lequel il se sent à l’aise: « La défense, dans notre style de jeu, avec les joueurs qu’on a, c’est le plus important ».

Du côté croate, la détermination est la même. Même pour un Ivan Rakitic qui jouera dimanche son 71e match de la saison...

« J’aurai de la force, de l’énergie supplémentaire parce que c’est un match qui n’est pas seulement historique pour nous, les 11 et quelques joueurs qui vont le disputer, mais pour tout le groupe et pour tous les Croates », confie-t-il malgré ses traits tirés et son petit filet de voix. « On va tout donner pour gagner cette finale. »

« Il n’y a pas de meilleur sentiment que celui d’être un Croate, quand on commence à porter le maillot de la Croatie, on a des rêves, on veut jouer les finales des tournois majeurs tous les deux ans, mais atteindre une telle finale, c’est l’accomplissement d’une carrière, et c’est le fait d’être Croate qui nous donne de la force », insiste-t-il, assurant qu’il abandonnerait « sans l’ombre d’un doute » sa carrière lundi si c’était « la condition pour être champion du monde ».

« Tu es quelqu’un d’autre » 

«Avec le maillot de la Croatie sur le dos, tu es quelqu’un d’autre, tu te sens poussé par une unité incroyable et ce n’est pas le cas que pour le football, mais aussi en water-polo, en basket-ball ou en handball », poursuit le crack du Barça, qui pense pouvoir aussi s’appuyer sur un soutien mondial.

« Honnêtement, j’ai l’impression qu’on aura des centaines de millions de personnes qui seront derrière nous, j’ai reçu des messages d’Espagne, d’Argentine, d’Allemagne... Ça me rend vraiment heureux parce que des gens m’ont dit qu’ils avaient fêté notre but victorieux (contre l’Angleterre en demi-finale 2-1, ndlr) comme si ça avait été un but de leur équipe nationale! »

Et pour les Anglais, justement, que se passe-t-il dans les têtes ? Le sélectionneur des « Trois Lions », Gareth Southgate, a trouvé un moyen de motiver ses troupes avant le match honorifique face à la Belgique à Saint-Pétersbourg. Préparer l’avenir en entretenant le lien avec le public.

En Angleterre, les gens « ont vu une équipe qui donnait tout sur le terrain et jouait avec style. Je pense qu’il y aura désormais une affinité et quelque chose sur laquelle on pourra construire ».

Au-delà de la médaille de bronze, l’entraîneur de la Belgique Roberto Martinez a déjà indiqué qu’il comptait s’appuyer sur Eden Hazard à l’avenir.

« Il est l’un des footballeurs les plus complets dans le jeu moderne », a lancé le technicien. À confirmer samedi, pour atténuer (un peu) la frustration de la défaite (1-0) en demi-finale face à la France.