/opinion/columnists
Navigation

Service minimum

Coup d'oeil sur cet article

J’ai fait une erreur dans ma chronique d’hier. Une grosse erreur.

J’ai écrit sur Québec solidaire et sur le fait que je les avais trouvés plutôt discrets dans la discussion entourant la pièce SLĀV. Au soutien de ma réflexion, j’affirmais que ni Gabriel Nadeau-Dubois ni Manon Massé ne s’étaient exprimés.

Or, c’était faux. Mme Massé a répondu aux questions d’un journaliste de La Presse le vendredi 6 juillet dernier, soit deux jours après l’annulation du spectacle. On m’a écrit hier pour m’en informer.

À ma décharge, quand on recherche « Manon Massé SLĀV », il n’y a rien qui sort. En outre, comme je n’utilise pas de tablette, je ne lis pas La Presse.

N’empêche que l’erreur est la mienne, je dois l’admettre et présenter mes excuses à Mme Massé.

La clientèle

Cela dit, je maintiens mon analyse. Je me surprends que le parti qui envisageait de bannir le mot « patrimoine » lors de son dernier congrès se soit contenté de faire le service minimum dans un débat qui interpellait beaucoup la clientèle qu’il dit défendre.

Je constate également que dans les quelques commentaires qui ont été émis, les gens de QS déplorent que la pièce ait été retirée. On ne reprend donc pas la position exprimée par les groupes antiracistes.

Et ça, c’est très intéressant.

Modération

Ça révèle que Québec solidaire, qui est resté échaudé de la couverture de son congrès, perçoit que son discours sur les identités irrite beaucoup d’électeurs et contribue à son plafonnement. Le rejet de la convergence n’a pas fait mal qu’au PQ et la marée orange que devait générer l’arrivée de Gabriel Nadeau-Dubois ne s’est pas concrétisée. L’atterrissage raté d’un Vincent Marissal qui aimait picorer d’un parti ou d’un élément de programme à l’autre n’a pas aidé. Les candidatures prestigieuses qui étaient espérées ne se matérialisent pas.

Reste à voir comment la base de QS réagira à cette modération de son discours. Ces gens ne sont pas connus comme doués pour le compromis.