/weekend
Navigation

Sonia Vachon et le monde de Michel Tremblay

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le 4 juillet dernier, la comédienne Sonia Vachon parcourt le Québec pour interpréter Rose Ouimet dans la nouvelle version des Belles-Sœurs. Mais juste avant de partir, elle a pris le temps de nous parler de ses coups de cœur littéraires.

Bien avant d’interpréter le rôle de Rose Ouimet dans Les Belles-Sœurs, vous aimiez déjà le théâtre et les romans de Michel Tremblay ?

Moi, j’ai joué Germaine Lauzon en secondaire 4, alors on peut dire que je suis tombée dans le monde de Michel Tremblay assez jeune !

Par contre, ça a pris du temps avant que je m’intéresse à la lecture. Moi, c’était juste le jeu et j’ai découvert le plaisir de lire dans la vingtaine, notamment avec ses Chroniques du Plateau Mont-Royal. J’ai beaucoup aimé La grosse femme d’à côté est enceinte et Thérèse et Pierrette à l’école des Saints-Anges. Mais j’ai vraiment eu un gros coup de cœur pour les trois Cahiers de Céline (Le cahier noir, Le cahier rouge et Le cahier bleu), qui raconte l’histoire d’une naine qui côtoie toute la Sainte-Catherine­­­­­ et ses drag-queens. Là, je suis tombée en amour avec le monde de Michel Tremblay.

J’ai un peu honte d’avouer ça, mais j’ai beaucoup de difficulté à lire des pièces de théâtre si je ne joue pas dedans ! J’ai besoin que ça me tombe tout cuit dans le bec, qu’on me raconte une histoire. Il y a deux ans, quand le nouveau Harry Potter est sorti, j’étais folle de joie et j’ai tout de suite réservé un exemplaire. Mais là je l’ouvre et quoi ? Une pièce de théâtre ? J’étais tellement frustrée !

Quand vous partez en tournée – comme vous l’êtes présentement –, est-ce que vous lisez beaucoup ?

Quand je joue au théâtre, je ne suis pas capable de rentrer dans un livre. C’est comme si j’essayais de mettre une histoire dans ma tête alors qu’il y en a une qui est là tout le temps. Il faut savoir que lorsque je lis, il n’y a plus rien d’autre. Je n’ai plus de famille, plus rien. Il n’y a que l’histoire.

Vous avez des écrivains fétiches ?

Je dirais plutôt que ce sont les histoires, qui m’intéressent. Quand j’entre dans une librairie, je deviens folle ! J’adore les livres, je voudrais tout acheter. J’ai un faible pour la science-fiction fantaisie, pour tout ce qui est médiéval (chevaliers, quêtes du bien et du mal, etc.).

Mais dans les écrivains que j’aime, il y a Jacques Côté, qui écrit des romans policiers se passant au Québec. Sa série des Cahiers noirs de l’aliéniste est extraordinaire. Je suis aussi tombée sur le cul en lisant Wilfrid Derome, expert en homicides, la biographie qu’il a faite sur Wilfrid Derome, un expert en criminalistique qui a vécu au tournant du XXe siècle. J’ai entre autres appris qu’il avait autopsié Aurore et qu’il avait été approché par l’équipe d’Eliot Ness.

Vous pouvez nous dire quels sont vos livres préférés.

Les filles de Lori Lansens. Quand j’ai lu ça, ma fille avait six ou sept ans et, fascinée par la couverture, elle voulait savoir l’histoire de ces sœurs siamoises, une histoire qui sort vraiment de l’ordinaire. J’ai trouvé ça beau et profondément humain.

Dans les grands livres qui m’ont bouleversée, il y a aussi eu Le seigneur des anneaux de J. R. R. Tolkien et les Cahiers noir, rouge et bleu de Tremblay.

Sinon, mon premier coup de cœur a été Techniques de visualisation créative de Shakti Gawain, un livre sur la visualisation créative. Je l’ai acheté quand je devais avoir 25 ans et par la suite, je l’ai acheté à plusieurs personnes. Moi, tous les livres de psycho pop, je ne suis pas capable de lire ça. Mais ça, c’est d’une simplicité incroyable et moi, je crois à la visualisation positive.

Et quelles sont vos dernières belles découvertes ?

C’est dur à dire, parce que mon père est décédé en janvier 2017 et depuis, je n’ai pas beaucoup lu, comme si j’avais mis la lecture de côté pour penser à lui.

Ah, il y a quand même eu Mrs Hemingway­­­ de Naomi Wood. Je ne savais pas qu’Ernest Hemingway avait eu autant de femmes et j’ai été étonnée de voir qu’autant de femmes étaient tombées amoureuses de lui...

Lorsque vous êtes en vacances, que préférez-vous lire ?

J’aime bien les enquêtes policières. Si Jacques Côté sortait un autre livre de la série Les Cahiers noirs de l’aliéniste, j’irais l’acheter tout de suite ! J’ajoute aussi que plus un livre est petit, moins il va m’intéresser parce qu’on ne va pas être ensemble assez longtemps !

Est-ce que le fait de jouer dans Les Pays d’en haut vous a donné le goût de replonger dans les romans du terroir ?

Non, pas du tout. Il faudrait tellement faire attention à ce qu’on nous oblige à lire au secondaire, parce que la lecture, c’est fragile. Moi, on m’a par exemple obligée à lire Agaguk, et j’ai tellement haï ça que ça a complètement scrappé mon envie de lire. C’est triste, mais je pense que c’est à cause de ça que par la suite, j’ai pris autant de temps à apprécier la lecture. Ça m’a marquée, et j’ai toujours dit à mes enfants : « Demandez-moi n’importe quel livre, je vais vous l’acheter ! »