/opinion/columnists
Navigation

Champagne!

L'arrivée triomphale des Bleus à Paris.
AFP L'arrivée triomphale des Bleus à Paris.

Coup d'oeil sur cet article

Champagne pour les champions de monde !

Qu’on aime ou pas le soccer, qu’on le suive ou non, la victoire éclatante des «Bleus» à la Coupe de monde est contagieuse !

Parce que de nombreux Québécois sont d’ascendance française, cette victoire, on la ressent aussi en nous.

Parce qu’à Montréal – et encore plus dans mon quartier du Plateau Mont-Royal -, des Français - et beaucoup -, sont aussi nos voisins et nos amis.

Cette Coupe du monde nous rend également un peu la France, cette «mère patrie» trop souvent et injustement mal aimée ici.

Y a pas à dire, gagner quelque chose d'aussi majeur, ça fait du bien à la fibre nationale. Et cette fibre française, nous en possédons nous-mêmes une des plus belles parties.

Cette victoire, c’est aussi le portrait d’une France qui se métisse de plus en plus. La composition même de l’équipe des Bleus en atteste amplement et heureusement.

Ce métissage se fait porteur d’un idéal national – celui d’un pays aux racines profondes, porteur d’une langue, d’une culture et d’une érudition exceptionnellement riches - et dont l’avenir, même incertain, reste néanmoins aussi solide que le roc.

Ces «champions du monde» qui, aujourd’hui, défileront à Paris devant une mer de leurs compatriotes et de touristes emportés par cette même joie, réhabilitent aussi la notion même de patriotisme.

Cette fierté d’être d’un lieu qui est le sien, d'où qu'on soit venu pour l'habiter, d'un drapeau que l'on porte tout aussi fièrement et d’une culture à la forte et toujours changeante.

Ce patriotisme essentiel à la vie en société, mais qu’ici, toutes origines confondues, nous sommes trop nombreux à avoir oublié.

Alors, allez les Bleus !

Dans ce monde trop souvent morose, vous nous donnez à tous une belle leçon d’humanité, de persévérance, d’effort et de fierté.

Comme quoi, seuls, on ne peut rien, mais en équipe, tout devient possible. Dans le sport comme dans la politique...