/finance/news
Navigation

Six vérités financières souvent mal comprises

batch 80.cdr
Illustration Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Les conseils et proverbes financiers à la mode escamotent souvent des éléments importants. Voici six vérités financières populaires trop souvent interprétées de travers.

1. Les fonds communs ne sont pas garantis... mais on oublie de mentionner que ce qu’ils contiennent peut l’être. Les fonds détiennent parfois des obligations gouvernementales qui sont encore plus sûres que les comptes bancaires. Ordinairement, les fonds sont détenus dans une fiducie. Cette dernière ne peut mêler ses actifs avec ceux de votre institution financière. Dans les faits, les actifs du fonds appartiennent à ses porteurs de parts.

2. Investir dans la brique, comme l’immobilier, c’est tangible ! Et c’est aussi le cas avec les actions. Vous détenez des actions de Dollarama, Apple, Couche-Tard, Metro, etc. ? Vous êtes RÉELLEMENT un des copropriétaires. Ces sociétés ont des emplacements physiques de briques et de mortier et des inventaires palpables. Aussi, vos titres vous donnent le droit d’assister aux assemblées des actionnaires et de voter sur des enjeux importants.

3. Les CPG protègent votre capital... Vrai, mais protègent très mal contre le risque d’inflation et l’impôt ! On ne doit JAMAIS en détenir hors des régimes enregistrés et certainement pas dans une compagnie de gestion. Les revenus d’intérêts des CPG sont imposés au taux maximum qui dépasse les 50 % dans une incorporation. Un CPG à 2 %, moins l’imposition et l’inflation, diminuera votre pouvoir d’achat de -0,5 %.

4. La bourse, c’est risqué... C’est exact pour celui qui NE FAIT PAS ses devoirs. Ce qui est moins connu, c’est que vous n’avez pas besoin d’être chanceux pour faire de l’argent en bourse. Il suffit d’être patient et de choisir la qualité. En effet, les marchés sont en croissance 75 % du temps. Lorsque vous prenez soin de sélectionner des actions de sociétés rentables et peu endettées, vous diminuez significativement les risques de baisses.

5. La SADC protège vos dépôts jusqu’à 100 000 $... mais il y a moyen d’obtenir une couverture 10 fois plus importante. Si vous détenez des placements dans un compte auprès d’un courtier membre du FCPE (Fonds canadien de protection des épargnants), vos économies sont protégées en cas de faillite jusqu’à 1 million de dollars par compte par personne. De quoi bien dormir.

6. Évitez de vous endetter. Cette phrase répétée en boucle par nos aînés escamote un point élémentaire. Oui, il faut éviter de s’endetter, mais PRÉCISÉMENT pour les biens de consommation comme voiture, meubles, épicerie, loisirs, vacances, etc. Pour l’investissement, c’est autre chose. Emprunter à faible taux aux fins de placement a toujours été et demeure une stratégie pertinente. L’Agence du Revenu du Canada considère que vos intérêts peuvent être déductibles d’impôts s’il y a expectative de générer des revenus et gains.

Rappels

  • Les proverbes et adages sur la finance sont souvent des généralisations
  • Ce qui convient au voisin peut ne pas être pertinent pour vous
  • Les actifs dans une institution membre du FCPE sont protégés jusqu’à 1 million $
  • Il y a des risques à détenir des CPG
  • Emprunter pour investir (effet de levier) peut être intelligent et très payant

Fabien Major est conseiller en épargne collective pour Major Gestion Privée Inc. de Gestion financière Assante ltée.