/news/currentevents
Navigation

Sollicitation frauduleuse au nom du Centre de prévention du suicide de Québec

L’organisme appelle la population à la vigilance

Coup d'oeil sur cet article

Le Centre de prévention du suicide de Québec (CPSQ) appelle la population à la vigilance, alors qu’elle observe une nouvelle vague de sollicitation de dons frauduleuse en son nom dans la capitale.

Le phénomène «plus ou moins récurrent» est loin d’être nouveau, affirme d’emblée la directrice générale du CPSQ, Linda Poirier.

Mais encore cette fin de semaine, des témoignages de citoyens ont alerté l’organisme à l’effet que des individus auraient récolté des dons sur l’avenue Cartier et en faisant du porte-à-porte en ville, en indiquant faussement que les fonds amassés iraient au CPSQ.

Boite avec logo

Cette nouvelle «vague» de sollicitation frauduleuse a poussé l’organisme a publié un communiqué, mardi, qui rappelle que le CPSQ ne fait aucune sollicitation par porte-à-porte ou dans des endroits publics, comme les centres commerciaux.

«En fin de semaine, quelques personnes nous ont rapporté que quelqu’un était sur Cartier avec une boîte avec le logo du CPSQ», explique Mme Poirier.

«Si on est rendu qu’il y a des gens qui ont ce type de boîte là avec notre logo, je pense qu’il est grand temps qu’on aille plus loin, parce qu’il y a une escalade, dit-elle. Plusieurs personnes ont donné [ au fil du temps] à ces individus-là en pensant que c’était au CPSQ», déplore Mme Poirier.

«S’ils font une collecte pour la prévention du suicide, ils ont le droit, ce n’est pas ça que je dénonce, précise-t-elle. Ce que je dénonce, c’est ceux qui vont laisser entendre ou dire qu’ils font une collecte de dons pour le Centre de prévention du suicide de Québec.»

Aucune plainte à la police

Parce qu’elle «n’a pas de prise sur ces individus-là, qui sont organisés ou pas», la directrice générale confirme qu’aucune plainte n’a été adressée à la police de Québec.

«On essaie d’avoir un peu plus d’information. Quand on en aura plus, on pourra probablement aller plus loin, mais au moment où on se parle, on n’a aucune preuve [à soumettre aux policiers]. Si on m’avait appelé en fin de semaine, j’aurais pu aller voir de visu, mais les gens ne nous appellent pas sur le coup, et c’est normal.»

Partout au Québec

Mme Poirier rapporte que tous les centres de prévention du suicide en province observent ce type de fraude dans leur région respective depuis des années.

Leur regroupement et les différents centres ont récemment publié des messages à ce sujet sur Facebook afin de mettre en garde la population, indique Mme Poirier.

«Nous on veut dire aux gens que nous ne faisons pas ce type de sollicitation là et que s’ils veulent soutenir le CPSQ pour qu’on puisse implanter et maintenir des programmes qui ne sont pas subventionnés, ils peuvent nous soutenir de différentes façons, mais pas celles-là, parce que ce n’est pas nous», insiste-t-elle.

«Si les gens pensent soutenir le CPSQ et que ça va ailleurs c’est malheureux, parce que ça met en péril peut-être certains programmes qu’on déploie actuellement», ajoute la dirigeante.

Parmi les manières d’amasser des dons, le CPSQ propose un formulaire en ligne sur son site web, ici