/news/currentevents
Navigation

Un handicapé trouve immoral le vol de sa vignette

Ce type de vols est en augmentation depuis trois ans

Atteint de paralysie cérébrale, Patrice Imbeau s’est fait dérober sa vignette de stationnement pour handicapés la semaine dernière à l’extérieur d’un centre commercial de Saguenay.
Photo collaboration spéciale, Pierre-Alexandre Maltais Atteint de paralysie cérébrale, Patrice Imbeau s’est fait dérober sa vignette de stationnement pour handicapés la semaine dernière à l’extérieur d’un centre commercial de Saguenay.

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY | Un homme souffrant de paralysie cérébrale n’en revient pas de s’être fait voler sa vignette de stationnement pour handicapés et déplore de devoir maintenant laisser sa voiture loin des commerces.

Patrice Imbeau, 43 ans, s’est fait voler sa vignette en plein jour alors qu’il était stationné à l’extérieur d’un centre commercial de Saguenay la semaine dernière.

« J’imagine que le voleur en a plus besoin que moi », ironise Patrice Imbeau.

Même si sa voiture contenait certains objets de valeur, le ou les voleurs n’en avaient qu’après sa vignette.

« Je trouve que c’est immoral. J’avais un clavier de 500 $ dans mon coffre et ils ne l’ont pas pris. Une vignette, ça ne vaut rien si on n’a pas le certificat qui dit qu’elle nous appartient, mais j’imagine qu’il doit y avoir un marché pour ça », explique celui qui vit avec d’importants problèmes de motricité causés par sa maladie.

Il devra maintenant patienter plusieurs semaines avant de recevoir une nouvelle vignette émise par la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ).

En attendant, il doit marcher plus longtemps pour aller faire ses commissions, car il risquerait une contravention qui pourrait atteindre 200 $ s’il continuait de se stationner dans les zones bleues réservées aux personnes handicapées.

Il n’en revient pas du fait que les voleurs pourront, eux, profiter des stationnements situés près des commerces.

Accès aux meilleurs espaces

Plus de 200 personnes handicapées se font voler leur vignette chaque année au Québec, par des malfaiteurs qui tentent visiblement de profiter des avantages de cette carte donnant accès aux meilleurs espaces de stationnement.

Depuis trois ans, le nombre de vignettes volées a continuellement augmenté, passant de 221 en 2015 à 238 en 2017. Pendant cette même période, le nombre de détenteurs de vignettes a aussi connu une hausse marquée, passant de 20 919 il y a trois ans, à 26 494 l’an dernier.

« La part de vignettes annulées pour vol se maintient à 1 % », indique Sophie Roy, relationniste de la SAAQ. « En chiffres, l’augmentation du nombre de vignettes annulées pour vol s’explique par le fait que le nombre de vignettes émises a aussi augmenté », croit cette dernière.

Amendes

La loi prévoit des amendes de 300 $ à 600 $ pour quiconque utilise frauduleusement une vignette de stationnement pour handicapés.

Par contre, les policiers chargés de vérifier les vignettes n’ont que peu de chances de tomber sur un automobiliste qui utilise une vignette volée.

« Quand on fait une tournée, on vérifie d’abord s’il y a une vignette dans le véhicule. S’il n’y en a pas, on donne un constat, mais pour ce qui est de la correspondance avec le propriétaire, ce n’est pas fait systématiquement », admet le porte-parole de la police de Saguenay, Luc Tardif.

QUI A DROIT À UNE VIGNETTE ?

  • Toute personne qui, en raison d’un handicap, n’est pas en mesure de se déplacer de façon autonome ou sans danger pour sa sécurité sur une distance ne nécessitant pas l’utilisation d’un moyen de transport.
  • La durée de l’incapacité doit être d’au moins 6 mois.
  • La vignette de stationnement pour personnes handicapées est valide pendant 5 ans.

Source : SAAQ

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.