/finance
Navigation

Ottawa, Québec et Hamilton ont les économies les plus attirantes

Bloc Ville de Québec
Photo d'archives Ville de Québec

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO – Les villes d’Ottawa, de Québec et d’Hamilton constituent les trois villes canadiennes les plus attirantes au niveau économique, selon un palmarès diffusé récemment par la Banque de Montréal.

L’institution a choisi ce trio de tête en raison de la qualité et la quantité des emplois qui y sont disponibles, le coût d’achat des maisons et la stabilité de leurs économies.

Ottawa se classe en haut de la liste à cause de son «plus haut revenu d’emploi médian par famille (au Canada) et à cause du fait que son taux de chômage soit descendu deux points de pourcentage plus bas que la moyenne des 21 (plus grandes villes canadiennes)», écrit Robert Kavic, économiste principal chez la BMO et auteur de l’étude.

La ville de Québec, quant à elle, offre une économie «remarquablement stable» et «un des marchés immobiliers les plus abordables au Canada», explique M. Kavic.

Par contre, l’économiste note que le fardeau fiscal y demeure élevé.

Rappelons que la région de Québec affiche actuellement un taux de chômage de seulement 3,6 % et que le prix moyen des maisons est 267 700 $, l’un des plus bas parmi ceux des principales agglomérations canadiennes.

De son côté, Hamilton reflète la vigueur de l’économie de la région torontoise. Elle tire aussi profit — contrairement à Toronto — d’un marché immobilier encore abordable.

Dans ce palmarès des 21 villes les plus attirantes, suivent ensuite Edmonton, Windsor, Regina, Calgary et Guelph.

Montréal arrive en 11e place et Toronto se retrouve en fin de classement, au 19e rang. C’est le prix élevé des maisons qui coule Toronto : le prix moyen des habitations unifamiliales y atteint actuellement 756 000 $.

Le taux de chômage y est de 6 %, soit le même qu’à Montréal. Cependant, le coût moyen des maisons est de 362 000 $ dans la métropole québécoise.

Seulement deux villes du Québec figurent dans ce palmarès : celle de Québec et Montréal.

Vancouver se classe mieux que Toronto en arrivant au 17e, en raison notamment d’un taux de chômage très bas, à 4 %. Toutefois, la performance de la ville est plombée par le prix extraordinairement élevé des maisons, qui atteint 1 027 400 $.