/finance/news
Navigation

Quand la vengeance vous ruine

Quand la vengeance vous ruine
Illustration Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Lorsqu’on se croit victime d’une injustice, on peut avoir envie de se venger. Mais si on passe à l’action, les gestes posés peuvent être graves et condamnés par un tribunal.

Voici quelques histoires de vengeance qui se sont retournées contre leurs auteurs...

Amour, harcèlement et diffamation

Après leur rupture, un homme harcèle constamment son ex-conjointe par téléphone, en rôdant autour de chez elle ou en la suivant en auto. Son comportement menaçant conduit son ex-conjointe dans une grave dépression, entraînant une période d’invalidité au travail. L’homme a finalement dû payer plus de 60 000 $ pour compenser la perte de salaire de la victime, le coût des médicaments, mais aussi les dommages moraux, les dommages punitifs et les frais d’expertise.

D’autres ex-conjoints vengeurs se sont, eux, rendus coupables de diffamation ou d’atteinte à la réputation. C’est le cas d’un homme qui dénigrait constamment son ex-compagne sur Facebook, ou même par courriel auprès de son employeur. Il a dû payer un total de 5000 $.

Condamné pour avoir trop poursuivi

Dans un autre cas, à la suite d’un jugement de divorce, un homme a entamé plus de 20 procédures contre son ex-conjointe. La cour déclare qu’il est « quérulent », c’est-à-dire qu’il abuse des procédures judiciaires sans motif valable. Mais l’homme ne s’arrête pas là et réplique par plus de 20 autres procédures. Il devra finalement payer plus de 250 000 $ à son ex-conjointe pour lui rembourser ses frais d’avocats et compenser ses dommages.

Les mauvaises intentions se payent

Le désir de vengeance peut aussi toucher un locataire et son propriétaire. En 2016, un locataire qui n’accepte pas la résiliation de son bail décide de mener la vie dure à son propriétaire. Il commence par se plaindre de la coupe des arbres auprès de la municipalité, fait intervenir un exterminateur pour une fausse invasion de fourmis, fait analyser son eau potable sans raison... De plus, il refuse d’envoyer ses chèques de loyer et ne collabore pas avec l’huissier de justice. Le tribunal reconnaît finalement que le locataire est de mauvaise foi et a de mauvaises intentions. Il est condamné à 3500 $ en raison de ce comportement.

La guerre des voisins

Des voisins pour qui tout allait bien voient leur relation se dégrader progressivement. Ils finissent par séparer leurs terrains d’une clôture. L’un décide de peindre son côté de la clôture sans consulter. Après une dispute avec ses voisins à ce sujet, il multiplie les gestes pour se venger : il installe un carillon à proximité de leur balcon, laisse sa poubelle ouverte pour faire rentrer l’odeur chez eux, attache une échelle à la clôture... Ayant promis faire « vivre l’enfer » à ses voisins, il est finalement condamné à leur payer plus de 2000 $.

À RETENIR

  • Le désir de vengeance peut vous aveugler et vous faire poser des gestes graves.
  • Peu importe vos motivations, le harcèlement, la diffamation ou toute forme d’intimidation peut vous mener devant le tribunal.
  • Les montants en cas de condamnation atteignent parfois des dizaines de milliers de dollars.
Texte informatif – Ce texte ne constitue pas un avis juridique; il est recommandé de consulter un avocat ou un notaire pour un tel avis. Éducaloi est un organisme à but non lucratif dont la mission est d’informer les Québécois de leurs droits et obligations dans un langage clair».

 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions