/misc
Navigation

Chicane identitaire France / États-Unis via l'humour du Daily Show

US-"THE-DAILY-SHOW-WITH-TREVOR-NOAH"-PREMIERE
Photo Brad Barket / Getty Images / AFP L'hôte du Daily Show, Trevor Noah.

Coup d'oeil sur cet article

Suite à la victoire de la France à la Coupe du monde de soccer en Russie, une controverse est née. Une lutte morale, conceptuelle et identitaire s’est glissée entre Trevor Noah, du Daily Show, et Gérard Araud, ambassadeur de la France aux États-Unis.

Pourquoi ? Parce qu’en célébrant la victoire de la France lors de son émission, Trevor Noah a déclaré : (ma traduction)

« L’Afrique a gagné la Coupe du monde ! L’Afrique a gagné la Coupe du monde ! »

Et en commentant la couleur de la peau de plus de la moitié des joueurs de l’équipe, il a mentionné ceci :

« Ils disent que c’est l’équipe de France, mais regardez cette équipe ! Vous n’obtenez pas ce teint en vous tenant dans le Sud de la France, mes amis ! »

Ce à quoi l’ambassadeur Araud a réagi en lui écrivant une lettre, que Trevor Noah a lu en ondes (voir le vidéo – en anglais).

Dans cette lettre, l’ambassadeur précise que tous les joueurs, à l’exception de deux d’entre eux, sont nés et furent éduqués en France, ont appris à jouer au soccer en France et sont tous de fiers citoyens français.

Plus loin dans la lettre, l’ambassadeur ajoute que les riches et différents héritages culturels de ces joueurs sont un miroir de la diversité de la population française. Ce à quoi Noah répond : « Je ne veux pas être un trou de c*l, mais je crois plutôt que c’est le miroir du colonialisme français ».

Outre ses relances argumentaires et ses pointes, Trevor Noah admet que la blague, prise hors de son contexte, peut être déviée à des fins racistes et a le potentiel de nourrir les discours des suprémacistes blancs qui eux aussi soulignent à grands traits que ces joueurs ne sont pas de vrais Français, mais pour des raisons différentes de lui, ce qu’il dénonce.

En fait, pour lui, on peut à la fois être Africain et Français, tout comme on peut être Noir et Américain, Irlandais et Américain. Les identités multiples ne doivent pas être bafouées, ne doivent pas se soumettre à une seule identité nationale. C’est un choc idéologique entre la vision française et le melting pot américain.

Bien qu'il comprend la position de l'ambassadeur et sympathise à sa cause, il en expose les faiblesses et, du coup, dénonce l’hypocrisie derrière un système qui uniformise les identités sous une seule même étiquette. 

Personnellement, je suis persuadée qu’il s’agit d’un moment du Daily Show qui restera longtemps dans les mémoires.

Au-delà de la blague, un débat sur les identités

L’une des choses que j’affectionne le plus avec l’humour est sa capacité à se faufiler dans les débats et enjeux de société.

Et dire que les débats identitaires sont sensibles est un euphémisme.

Vous croyez que l’on s’est arraché les cheveux de la tête avec la Charte des valeurs ou l'annulation de SLĀV ? Vous devriez entendre et lire ce qui se fait en humour sur la planète en ce qui concerne la question des réfugiés et la cohabitation entre communautés culturelles différentes. 

Il ne faut donc pas se surprendre ni de la blague, ni des réactions à la blague de Trevor Noah. Sans dire qu’il est à côté de ses baskets ou encore qu’il ait raison à 100 %, et sans y aller profondément dans l’analyse critique de la blague, il a eu le courage d’aborder des questions que bien des gens se posent : qu’est-ce qui définit la citoyenneté ? Qu’est-ce qui définit l’identité ?

Trevor Noah offre sa vision en tant que réponse, une vision qui est imprégnée de ses propres expériences, notamment en tant que Sud-Africain maintenant établi aux États-Unis. Que vous considériez sa vision comme bonne ou mauvaise, cela vous appartient.

Mais que l’humour ait pu, pour un instant, permettre d’approfondir le débat, de lui apporter un nouvel angle, une nouvelle voix, est incontournable.

C’est une réponse à ceux et celles qui continuent de croire que l’humour n’est pas sérieux et n’apporte rien à la société.

Aussi, le tout montre que l’humour peut être socialement et politiquement responsable. Trevor Noah aurait pu glisser la lettre de l’ambassadeur sous le tapis de l’indifférence et ne pas réagir ou se draper du voile de la sacro-sainte créativité artistique pour ne pas avoir à s’expliquer.

Au contraire, il a pris acte de sa blague et des réactions, s’est renseigné, a réfléchi et a exposé les différents angles de sa position, le tout épicé et illustré par l’humour.

Bien que je note des failles dans son argumentaire (il ne mentionne pas ce que les joueurs eux pensent du débat, entre autres choses), probablement causées par le temps restreint qu’il peut y accorder, je demeure convaincue que le clip et son explication en valaient la chandelle et permettent aux téléspectateurs de nourrir leurs propres questionnements.

C’est aussi ça, l’humour.