/news/currentevents
Navigation

Agression sexuelle à Kénogami: de l'ADN retrouvé sur les lieux

Après l'agression, les policiers de Saguenay avaient déployé un commandement mobile dans le but de recueillir des informations sur cette affaire.
Photo TVA Nouvelles Après l'agression, les policiers de Saguenay avaient déployé un commandement mobile dans le but de recueillir des informations sur cette affaire.

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY | L'enquête sur l'agression sexuelle commise sur une adolescente de Kénogami, dans l’arrondissement de Jonquière, à Saguenay, la semaine dernière, avance.

La Sécurité publique de Saguenay confirme que de l'ADN d'une personne n'habitant pas dans la résidence en question a été retrouvé sur les lieux du crime.

Le Service d'identité judiciaire a fait plusieurs prélèvements dans la résidence privée afin de trouver toutes preuves pouvant faire avancer l'enquête. Des analyses confirment que de l'ADN inconnu y a été laissé.

La Sécurité publique de Saguenay espère d'ici quelques jours que des analyses plus poussées permettront d'identifier le suspect dans le cas où il serait dans la base de données des autorités.

«Pour l’instant, c’est un élément de plus dans l’enquête. C’est positif mais ça ne veut pas nécessairement dire que la personne va être fichée et que le suspect va avoir donné de l’ADN», a expliqué Luc Tardif de la Sécurité publique de Saguenay.

Description

Le suspect serait un Blanc plutôt mince. Il s'exprimerait en anglais et parlait difficilement en français.

Lors des événements, il était entièrement vêtu de noir et portait un chandail kangourou à capuchon, un cache-cou qui lui couvrait le nez et la bouche ainsi que des lunettes de type ski alpin

La Sécurité publique de Saguenay confirme également avoir reçu plusieurs signalements provenant de citoyens du secteur depuis les derniers jours.

Certains même auraient vu un individu rôder tout près du Cégep de Jonquière, dans le quartier Petite France. Ce dernier parlerait également anglais et aurait abordé une femme dans la rue.

La police de Saguenay insiste sur le fait que la possible agression sexuelle demeure un cas isolé et qu'il n'est pas encore temps de paniquer.