/news/currentevents
Navigation

Le tireur de Toronto n’était pas dans le radar des autorités

Les motivations du tueur ne sont pas connues et la thèse du terrorisme écartée

Faisal Hussain
credit INSTAGRAM / ARLIANISE Faisal Hussain, âgé de 29 ans, a ouvert le feu au hasard dimanche sur des piétons déambulant sur l’avenue Danforth, à Toronto.

Coup d'oeil sur cet article

Le tireur de la fusillade de Toronto n’était sur aucune liste de surveillance des agences de sécurité nationale fédérales ni des autorités policières provinciales avant l’événement. 

Les motivations terroristes semblent également avoir été écartées de l’enquête en cours portant sur Faisal Hussain.

L’homme de 29 ans a tué deux jeunes femmes, en plus de blesser 13 autres personnes, en ouvrant le feu dimanche sur des piétons déambulant sur l’avenue Danforth, une rue achalandée du quartier grec de Toronto.

« À ce stade-ci de l’enquête, en nous fiant sur tout ce que l’on sait actuellement, il n’y a aucune connexion [...] entre cet individu et des enjeux de sécurité nationale », a indiqué le ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale, mardi.

La police de Toronto a révélé, tard en soirée mardi, l’identité de la deuxième victime du tireur. Il s’agit de Julianna Kozis, 10 ans, qui habitait la ville de Markham, au nord de Toronto.

Julianna Kozis<br>
<i>Victime</i>
Photo courtoisie
Julianna Kozis
Victime

Motivations inconnues

Les motivations précises du tireur n’étaient toujours pas connues mardi, même après la visite de la police de Toronto lundi soir à l’appartement du tireur, qu’il partageait avec ses parents.

« Les interventions de professionnels ont été infructueuses. La médication et la thérapie n’ont pas été suffisantes pour le traiter », s’est désolée la famille du tireur dans une déclaration lundi soir, qui dit avoir fait de son mieux pour l’aider avec ses problèmes de dépression et de psychoses.

Selon le National Post, les dossiers de la police de Toronto ne montrent que très peu de traces d’une personne avec d’importants problèmes de santé mentale, que ce soit des appels à l’aide de la famille ou des séjours à l’hôpital.

Faisal Hussain n’aurait été appréhendé que deux fois par la police, alors qu’il était mineur, en lien avec ses problèmes de santé mentale, selon CBC.

Selon les sources policières du Toronto Star, le tireur se serait suicidé avec son arme après la tuerie. La police l’aurait retrouvé mort dans une ruelle après un échange de coups de feu avec les agents déployés dans le secteur.

Lourdes épreuves

Le tireur travaillait à temps partiel dans une pharmacie de Toronto.

La famille Hussain, qui a immigré du Pakistan il y a plusieurs dizaines d’années, a dû passer à travers de lourdes épreuves ces derniers temps, alors que le frère de Faisal est dans le coma depuis près d’un an et demi et que sa sœur est décédée dans un accident il y a plusieurs années.