/news/green
Navigation

Estuaire du Saint-Laurent: Il y a trop de bruit pour les bélugas

Québec lance une étude pour ramener le silence

Des chercheurs développeront un simulateur de bruit pour comprendre l'impact du trafic maritime sur les derniers bélugas.
Photo courtoisie Des chercheurs développeront un simulateur de bruit pour comprendre l'impact du trafic maritime sur les derniers bélugas.

Coup d'oeil sur cet article

TADOUSSAC | Des environnementalistes ont applaudi mercredi un plan d’action de Québec pour tenter de réduire le bruit dans les eaux du Saint-Laurent afin que les bélugas puissent mieux communiquer entre eux.

Au cours des cinq prochaines années, des chercheurs développeront un simulateur de bruit afin d’évaluer les moyens les plus efficaces pour atténuer le son sous-marin causé par le passage de gros navires, mais aussi de bateaux de plaisance.

Le bruit des moteurs nuirait aux contacts entre les groupes de bélugas, qui ne sont plus que 900 dans le fleuve.

Pas une discothèque

Le gouvernement du Québec octroie une enveloppe de 2,1 M$ pour que des chercheurs de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) se penchent sur l’élaboration d’une plateforme de modélisation du bruit et de ses effets sur les mammifères marins.

« C’est quand même une très bonne annonce. Quand on connaît les impacts, on est en mesure de mieux protéger. On proposerait même des zones de silence complet pour permettre aux bélugas de ne pas être dans une discothèque 24 heures sur 24 », indique le directeur général de Nature Québec, Christian Simard.

« Ça reste une étude, et il faudra s’assurer que des actions suivent. Au moins, ça va permettre de voir comment on conjugue le développement économique et la protection des bélugas », ajoute M. Simard.

Nouveau simulateur de sons

Le chercheur de l’UQO responsable du programme lancé mercredi, Clément Chion, est le même qui a supervisé une démarche semblable ayant mené aux limitations de vitesse imposées par le fédéral dans le fleuve pour éviter les collisions entre les bateaux et les baleines noires.

Le Dr Chion et son équipe plancheront lors des cinq prochaines années sur le développement d’un nouveau simulateur de sons pour déterminer comment le bruit affecte les bélugas.

Le Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins ainsi que l’Institut Maurice-Lamontagne de Pêches et Océans Canada agiront à titre de partenaires du programme.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.