/sports/football/alouettes
Navigation

Vraiment pénible: les Alouettes s’inclinent 44 à 23 devant les Eskimos

Vernon Adams Jr a bien essayé mais les Alouettes se sont s’inclinés sèchement 44 à 23 devant les Eskimos

Coup d'oeil sur cet article

Les partisans attendaient Johnny Manziel, mais c’est plutôt le quart des Eskimos d’Edmonton Mike Reilly qui s’est occupé du spectacle, dans une défaite de 44 à 23 des Alouettes, jeudi austade Percival-Molson.

« Johnny Football », acclamé par les amateurs pendant la rencontre, n’a finalement jamais été utilisé par Mike Sherman. L’entraîneur-chef avait pourtant laissé miroiter la possibilité que la récente acquisition des Alouettes (1-5) allait toucher au ballon contre les Eskimos (4-2).

« Il avait à peu près 20 % de chance de jouer et ce n’est pas arrivé », a expliqué Sherman après la rencontre.

L’expérimenté entraîneur n’a pas été tenté d’exaucer le souhait de ceux qui criaient « Johnny ! » dans les gradins.

« Quand tu écoutes les fans, d’habitude ce n’est pas long avant que tu en deviennes un toi-même », a-t-il lancé à la blague.

Reilly a inscrit un majeur au sol en plus de lancer quatre passes de touché, dont une à D’haquille Williams qui a fait particulièrement mal juste avant la mi-temps.

Bon départ des alouettes

La brigade défensive montréalaise a complètement raté sa couverture, ce qui a permis à Williams, qui avait déjà marqué plus tôt dans la rencontre, de parcourir les 45 verges qui le séparaient de la zone des buts.

C.J. Gable et Derel Walker ont capté les deux autres passes payantes de Reilly.

Le partant des Alouettes, Vernon Adams Jr, a mené les favoris locaux à un touché dès leur première séquence offensive.

Le jeu clé a été une longue tentative de passe dans la zone payante à Chris Harper. Ce dernier n’a pas réussi à capter le relais, mais Maurice McKnight a commis une faute sur le jeu, ce qui a permis aux « Oiseaux » d’avancer à la porte des buts. Adams Jr s’est chargé lui-même d’inscrire le majeur au sol.

Premier départ

Le quart de 25 ans, qui a obtenu un premier départ en 2018, n’a toutefois pas été en mesure de maintenir le rythme, rejoignant ses receveurs 15 fois en 28 tentatives pour 217 verges.

« Nous avons bien commencé, mais ce qui compte, c’est la façon dont tu termines le match », a-t-il reconnu.

Adams Jr, qui avait mené les Alouettes à trois gains consécutifs pour conclure la saison 2016, a montré qu’il est capable d’éviter les joueurs adverses grâce à sa vitesse, même s’il gardait parfois le ballon trop longtemps. Il a d’ailleurs amassé 72 verges au sol.

Le porteur de ballon Ryder Stone a marqué l’autre touché des favoris de la foule.

Au sein des unités spéciales, Boris Bede a raté trois de ses cinq tentatives de botté de précision. Il avait été parfait au cours des cinq premiers matchs de la saison.


► Les Alouettes auront une autre chance de décrocher une première victoire à domicile cette saison vendredi prochain quand ils accueilleront les Tiger-Cats de Hamilton.

 

 

Sherman a choisi la prudence

Quand l’entraîneur-chef des Alouettes, Mike Sherman, a indiqué que Johnny Manziel avait une chance de fouler le terrain contre les Eskimos d’Edmonton, jeudi, il avait un scénario très clair en tête.

« Si nous avions contrôlé le match et si la ligne à l’attaque avait offert une bonne protection, nous aurions pu l’utiliser », a indiqué le pilote après la défaite de 44 à 23 des siens.

« Je n’allais pas mettre sa carrière en danger alors qu’il n’avait eu qu’une journée pour s’entraîner et que notre équipe avait des difficulté en protection de passe », a-t-il ajouté.

Six sacs

Le quart-arrière partant, Vernon Adams Jr, a en effet été sous pression pendant une bonne partie de la rencontre. Il a d’ailleurs été victime de six sacs. Considérant les circonstances, il était tout de même satisfait de la qualité de son jeu. Mais il y a une chose dont il ne voulait pas parler : Manziel.

« Je ne répondrai à aucune question à propos de Johnny Manziel », a-t-il fermement lancé quand un journaliste lui a demandé comment il s’était senti quand des partisans avaient scandé le nom de la récente acquisition des « Oiseaux ».

Il a été plus loquace quand est venu le temps de commenter l’action sur le terrain.

« Nous avons beaucoup de choses à améliorer, a-t-il analysé. Nous avons commis plusieurs pénalités, nous avons échappé plusieurs ballons et j’ai fait plusieurs mauvaises passes. »

Soulagement

Après une mauvaise collision en fin de match, le demi de coin des Alouettes Mitchell White est resté longuement étendu au sol. Après la rencontre, l’équipe a annoncé qu’il était capable de bouger ses jambes et ses bras. Il a été amené à l’hôpital par mesure préventive.