/news/politics
Navigation

Legault débloque «tout le monde» sur Twitter

François Legault a présenté son candidat dans Beauce-Nord, Luc Provençal. «J’ai été interpellé par sa connaissance fine des enjeux au niveau des régions», a dit l’actuel maire de Beauceville au sujet du chef de la CAQ.
Photo d'archives, Agence QMI François Legault a présenté son candidat dans Beauce-Nord, Luc Provençal. «J’ai été interpellé par sa connaissance fine des enjeux au niveau des régions», a dit l’actuel maire de Beauceville au sujet du chef de la CAQ.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir essuyé les critiques de ses adversaires politiques pendant plusieurs jours, François Legault a annoncé vendredi qu’il ne bloquera plus les internautes dont les gazouillis lui déplaisent sur Twitter.

À la suite de l annonce de son nouveau candidat dans Beauce Nord Luc Provencal (au milieu), le chef de la CAQ François Legault (premier à droite) visite avec ce dernier le Woodooliparc à Scott en Beauce, vendredi le 27 juillet 2018 près de Quebec. Il est aussi accompagne du candidat dans Beauce sud Samuel Poulin (deuxième à partir de la droite) et du député sortant André Spénard (deuxième à partir de la gauche).
Photo Agence QMI, Simon Clark
À la suite de l annonce de son nouveau candidat dans Beauce Nord Luc Provencal (au milieu), le chef de la CAQ François Legault (premier à droite) visite avec ce dernier le Woodooliparc à Scott en Beauce, vendredi le 27 juillet 2018 près de Quebec. Il est aussi accompagne du candidat dans Beauce sud Samuel Poulin (deuxième à partir de la droite) et du député sortant André Spénard (deuxième à partir de la gauche).

«Étant donné que j’aspire à devenir premier ministre du Québec le 1er octobre prochain, je dois être ouvert à écouter tout le monde... et donc j’ai débloqué tout le monde. Ça me fait plaisir d’avoir les commentaires de tout le monde», a lancé le chef de la CAQ vendredi en marge de l’annonce de son candidat dans Beauce-Nord, le maire de Beauceville Luc Provençal.

Plusieurs reportages ont souligné récemment que François Legault, qui gère lui-même son compte Twitter, avait bloqué de nombreux internautes. Ces derniers ne pouvaient ainsi plus communiquer avec lui ni voir le contenu publié par l’aspirant premier ministre.

Aux États-Unis, une juge fédérale de New York a récemment décrété que le président Donald Trump ne peut bloquer des abonnés sur Twitter, puisque cela brime leur liberté d’expression, en plus de les priver d’une source d’information.

«Trolls»

Le chef caquiste affirme que c’est en raison de leurs attaques répétées que certaines personnes avaient été bannies de son fil Twitter, qui compte quelque 81 000 abonnés. «Il y a ce qu’on appelle dans le jargon des médias sociaux des ‘‘trolls’’», dit-il, en hésitant sur la prononciation. «En tout cas... des gens du PQ», a-t-il ajouté à la blague.

Pourtant, des journalistes de Radio-Canada, Châtelaine et L’actualité médicale ont affirmé avoir été exclus du compte Twitter pour des commentaires qu’ils jugent inoffensifs. François Legault, qui assure lire tous les commentaires qui lui sont adressés, se défend d’avoir eu l’épiderme trop sensible face aux critiques en ligne. «Je pense que, à un moment donné, tout le monde n’apprécie pas la présence répétitive de commentaires non constructifs», dit-il.

Mot d’ordre

Dans un autre dossier, François Legault a défendu un mémo transmis récemment aux employés du parti, qui les invite à ne pas commenter les questions politiquessur les médias sociaux.

Il affirme que le Parti québécois avait la même politique à l’époque où il y militait. «On s’assure que les candidats respectent les commentaires qui ont été établis par les porte-parole de chacun des dossiers à chaque jour, dit François Legault. C’est le même fonctionnement à la CAQ qu’au PQ. Je n’ai jamais été au Parti libéral [du Québec], mais je présume que c’est la même chose.»

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.