/entertainment
Navigation

Bateau-dragon: s’entraîner à l’unisson au rythme des tambours

Entrainement de Bateau Dragon au Lac Beauport, pour Dimanche Quebec, Quebec, 2 juillet 2018. PASCAL HUOT / JOURNAL DE QUEBEC / AGENCE QMI
Photo Pascal Huot

Coup d'oeil sur cet article

Les gens qui cherchent un sport d’équipe qui ne nécessite aucune expérience de base ni n’exige une grande forme physique pourraient bien se plaire avec le bateau-dragon, une discipline qui se vit en groupe, au son d’un tambour et de pagaies.

Le bateau-dragon est un sport d’origine chinoise qui est arrivé au Canada il y a une vingtaine d’années. Ce sport se pratique à bord d’un bateau de type pirogue, avec une équipe de 20 rameurs.

Cette équipe est dirigée par un batteur installé à l’avant qui donne la cadence à l’aide d’un tambour. À l’arrière, il y a le barreur qui dirige l’embarcation sur la ligne de course.

Le but est de parcourir une distance déterminée le plus rapidement possible, en s’assurant que les rameurs soient toujours au même rythme.

À Québec, il y a plusieurs équipes au sein du club H20 qui s’entraînent au lac Beauport. Il y a également le Club de bateau-dragon de la Capitale, dont les équipes s’entraînent au lac Saint-Augustin.

Les responsables de ces clubs, Pierre-Olivier Girard (H20) et Julie Robitaille (Capitale) s’entendent pour dire que ce sport s’adresse autant à monsieur et madame Tout-le-Monde qu’aux athlètes en recherche d’adrénaline.

« Même avec une personne qui n’a jamais tenu de pagaie, fait de bateau-dragon ou même embarqué dans un canot, on est capable d’avoir une minibase et de faire quelque chose qui ressemble aux mouvements du bateau-dragon en 15 minutes », indique M. Girard.

D’ailleurs, un néophyte de cette discipline qui décide de s’entraîner vigoureusement chaque année peut atteindre un niveau compétitif en aussi peu que deux saisons, selon M. Girard.

La composition du bateau est fort simple : les petits gabarits à l’avant et les plus imposants, à l’arrière. « Le concept, lorsque l’on rame, est de sortir l’avant du bateau de l’eau
avec l’impulsion ».
Photo Pascale Huot
La composition du bateau est fort simple : les petits gabarits à l’avant et les plus imposants, à l’arrière. « Le concept, lorsque l’on rame, est de sortir l’avant du bateau de l’eau avec l’impulsion ».

De la synchronisation au cardio

Ce sport d’été est une excellente façon de se tenir en forme. C’est l’option de plusieurs personnes qui veulent continuer de bouger, mais qui veulent délaisser la salle d’entraînement pour l’été, indique le propriétaire de H20.

« Pour les amateurs, on travaille surtout le haut du corps, le cardio, l’endurance et la synchronisation. Au niveau compétitif, c’est le corps au complet qui travaille », renchérit Mme Robitaille.

La composition du bateau est fort simple : les petits gabarits à l’avant et les plus imposants, à l’arrière. « Le concept est, lorsque l’on rame, de sortir l’avant du bateau de l’eau avec l’impulsion », image Mme Robitaille.

Entrainement de Bateau Dragon au Lac Beauport, pour Dimanche Quebec, Quebec, 2 juillet 2018. PASCAL HUOT / JOURNAL DE QUEBEC / AGENCE QMI
Photo Pascal Huot

Franche camaraderie

Finalement, le volet social est également très présent dans cette discipline.

« Au-delà de l’aspect physique, il y a l’aspect social. Il y a de la camaraderie et de l’esprit de groupe qui attire les gens au bateau-dragon », souligne M. Girard.

« Il y a de quoi de physique, mais il y a de quoi au niveau mental de passer une heure avec 20 personnes, à se donner et jouer dehors. Ce n’est pas comme les autres équipes sportives, car c’est vraiment une discipline qui demande d’être à l’unisson, il y a vraiment quelque chose qui se passe entre les gens », termine Mme Robitaille.

Où faire du bateau-dragon

  • Le bateau-dragon est une discipline pratiquée par plusieurs survivantes du cancer du sein. Il s’agit d’un sport tout indiqué pour leur rétablissement après une mastectomie*. Il y a plusieurs équipes de survivantes partout dans le monde ainsi que des compétitions qui ne s’adressent qu’à elles.
  • Le bateau-dragon est apparu en Chine il y a plus de 2000 ans. Dans le pays d’Asie, le sport est un symbole culturel et folklorique. La présence du tambour à l’avant est également culturelle, mais le batteur s’en sert encore aujourd’hui, pour donner la cadence aux pagayeurs.
  • Lors des compétitions, les distances officielles sont 200 mètres, 500 mètres, 1000 mètres et 2000 mètres.

* Selon la Fondation du cancer du sein

► Club de bateau-dragon H20 Québec, hôtel Entourage, 99, chemin du Tour-du-Lac, Lac-Beauport

► Club de bateau-dragon de la Capitale, Parc riverain du Lac Saint-Augustin, rue de l’Hêtrière, Saint-Augustin-de-Desmaures