/entertainment/music
Navigation

Festival Heavy Montréal : Place à la nostalgie

Le Festival Heavy Montréal a pris fin dimanche en présentant des groupes fort expérimentés

Coup d'oeil sur cet article

Avec la présence de Limp Bizkit, de retour dans la métropole pour une première fois en 15 ans, et de Voivod, qui célébrait ses 35 ans d’existence, la nostalgie et un réel désir de faire la fête régnaient sur les scènes principales du festival Heavy Montréal, dimanche.

Choisi pour clore l’événement en remplacement d’Avenged Sevenfold, Limp Bizkit et son meneur Fred Durst semblaient en grande forme pour s’éclater devant le public montréalais. La formation « nu metal » américaine, qui a fait sa réputation à la fin des années 1990, a lancé le bal avec My Generation. Au moment d’écrire ces lignes, elle avait aussi soulevé la foule avec le succès Rollin’ (Air Raid Vehicule).

Le guitariste Wes Borland est même allé faire un tour dans le public, suivi de près par Durst, perché sur une clôture.

Avenged Sevenfold a dû déclarer forfait, car son chanteur, M. Shadows, souffre d’une infection qui lui a fait perdre la voix. Le groupe a été obligé d’annuler des concerts à Québec et à Rimouski.

Les 35 chandelles

« Ouin ben, Voivod célèbre ses 35 ans cette année. Thirty-five f@#%g years ! » a lancé Denis « Snake » Bélanger après la première chanson des légendes québécoises du « trash » métal.

Bélanger comme ses compères Michel « Away » Langevin, Daniel « Chewy » Mongrain et Dominique « Rocky » Laroche avaient l’esprit à la fête, demandant aux spectateurs, nombreux pour un spectacle en après-midi, de montrer ce « qu’ils avaient dans le ventre ».

La foule a répondu à l’appel et le groupe originaire de Jonquière lui a bien rendu, enfilant plusieurs vieux succès, comme The Prow, Order of the Blackguards et Ravenous Medicine.

Voivod a également offert une nouvelle pièce, Obsolete Beings, tirée de l’album The Wake, qui sortira le 21 septembre.

Bélanger a profité de cette prestation en sol québécois pour se souvenir d’un grand disparu, Denis « Piggy » D’Amour, décédé en 2005 d’un cancer. L’ancien guitariste de Voivod n’a pas été oublié puisque les festivaliers n’ont pas hésité à scander « Piggy ! Piggy ! Piggy ! ».

Vive la France

Tout juste avant le concert de Limp Bizkit, sur la scène Heavy, les Français de Gojira étaient en vedette sur la scène de l’Apocalypse. Le quatuor n’a pas tardé à épater la foule avec ses guitares lourdes et ses mélodies recherchées.

Des pièces, comme l’excellente Flying Whales, ont ravi leurs fans, qui s’étaient déplacés en grand nombre pour les voir à l’œuvre.

Sur la même scène, plus tôt dans la journée, un autre groupe français a fait plaisir aux festivaliers, mais dans un ton extrêmement différent. Même en jouant du métal, il n’est pas nécessaire de se prendre au sérieux, une chose qu’Ultra Vomit a bien compris. La formation parodique a enfilé les chansons lourdes et rigolotes à un rythme effréné. Du bonbon.