/entertainment/shows
Navigation

Des chevaux chouchoutés

Le Journal a visité les installations d’Odysseo de Cavalia décrié par des activistes

Estelle Bernatchez prépare le cheval Fantastico pour sa douche.
Photo Agence QMI, Dario Ayala Estelle Bernatchez prépare le cheval Fantastico pour sa douche.

Coup d'oeil sur cet article

Tout le monde semble avoir souffert des nombreuses journées de canicule cet été. Sauf les chevaux de Cavalia. En visitant les installations d’Odysseo, on réalise à quel point les 70 bêtes du spectacle équestre sont chouchoutées. Des commodités qui incluent une écurie climatisée.

Alors qu’au centre-ville, on parle constamment de chaleur accablante, la température des tentes où évoluent les chevaux est maintenue à 21 degrés Celsius, nous informe le directeur des relations publiques de Cavalia, Éric Paquette. « Je suis très à l’aise de dire qu’ils sont les chevaux les mieux traités au monde », déclare le porte-parole.

Estelle Bernatchez marche avec un cheval aux écuries.
Photo Agence QMI, Dario Ayala
Estelle Bernatchez marche avec un cheval aux écuries.

« Ils sont traités aux petits soins », renchérit Marjolaine Camille, une technicienne vétérinaire qui travaille pour l’entreprise fondée par Normand Latourelle il y a 10 ans.

Chaque cheval sort environ une heure par jour.
Photo Agence QMI, Dario Ayala
Chaque cheval sort environ une heure par jour.

Opposants

Cavalia a ouvert ses portes au Journal après avoir fait l’objet d’actes de vandalisme au cours du week-end. Plusieurs affiches du spectacle présenté au pied du pont Jacques-Cartier à Montréal ont été flanquées de slogans antispécistes. Les activistes anonymes reprochent au groupe d’exploiter les chevaux pour divertir les foules. Une trentaine de manifestants s’étaient également fait entendre la semaine dernière, en marge du premier spectacle en sol montréalais.

Des affiches ont été vandalisées ce week-end.
Photo Agence QMI, MARC-ALAIN TRUDEAU
Des affiches ont été vandalisées ce week-end.

Cavalia a encouragé ses opposants à parcourir ses installations, mais ces derniers ont décliné son invitation. « C’est dommage, commente Éric Paquette. Pour nous, c’est une façon d’engager le dialogue. On n’a rien à cacher. On a tout à montrer, parce qu’on est fier de ce qu’on fait. »

Niveau de confort

La compagnie avait déjà été la cible de divers groupes de défense des animaux quand elle posait ses pieds à l’étranger, mais jamais au Québec. « On est surpris que ça arrive ici, parce que les gens nous connaissent », note M. Paquette, après avoir répondu aux questions du Journal pendant une tournée des lieux durant laquelle on nous a détaillé les nombreuses mesures déployées pour subvenir aux besoins des vraies stars d’Odysseo. Séances d’ostéopathie, services d’une nutritionniste, massages quotidiens, repas adaptés... Les employés de Cavalia font des pieds et des mains pour s’assurer du bien-être des chevaux.

Élodie Aubuchon douche le cheval Fadista.
Photo Agence QMI, Dario Ayala
Élodie Aubuchon douche le cheval Fadista.

On s’attarde aux moindres détails, y compris le revêtement de sol sur lequel ils posent leurs sabots, composé d’une mixture de sable fin et de fibres de coton pour ménager leurs articulations. « On sait qu’en donnant ce niveau de confort, le cheval est en meilleure forme », résume M. Paquette.

Manifestations à venir

De nouvelles manifestations à l’entrée d’Odysseo sont prévues les 7 et 12 août. Mais les participants n’ont pas l’intention d’investir le site pour visiter les installations.

« Ce qu’on dénonce, c’est l’utilisation des animaux à des fins de divertissement, explique le porte-parole des vigiles, Jonathan Gaudreau, joint au téléphone. On n’est pas en mesure d’évaluer l’état de bien-être des animaux. »

La SPCA révèle n’avoir reçu aucune plainte concernant Cavalia.

Les soins réservés aux chevaux d’Odysseo

♦ Ostéopathie

♦ Écurie climatisée

  • La température des installations est conservée à 21 degrés Celsius.

♦ Nourriture importée

  • Les chevaux de Cavalia se nourrissent du foin du Québec, même lorsqu’ils sont en représentation à l’étranger. « L’estomac d’un cheval est fragile », note Marjolaine Camille, technicienne vétérinaire chez Cavalia. « On dépense des milliers et des milliers de dollars », ajoute Éric Paquette, porte-parole de l’entreprise.

♦ Repas adaptés

  • Huit repas par jour sont prévus : trois de grains et cinq de foin. « Les repas sont faits en fonction du type de cheval, selon son caractère, ses besoins... Certains chevaux ont besoin de suppléments de vitamines », indique Marjolaine Camille.

♦ Services d’une nutritionniste

♦ Massages

♦ Chambre réservée

  • Les chevaux ont toujours la même stalle, située au même endroit dans l’écurie et entourée des mêmes voisins. « C’est important de toujours recréer un endroit familier et réconfortant », souligne Éric Paquette.

♦ Service de nettoyage

  • Chaque stalle est nettoyée de deux à trois fois par jour.

♦ Bains de soleil

  • On sort chaque cheval environ une heure par jour, tout dépendant du mercure affiché au thermostat. « Ils adorent le soleil, mais on veut éviter qu’ils prennent des coups de chaleur », indique Éric Paquette.

♦ 10 douches géantes

♦ Congés de maladie

  • Quand un cheval montre des signes de fatigue le jour d’un spectacle, les palefreniers le laissent se reposer. « On a 70 chevaux, mais 40 font le show. Ce n’est pas un problème si l’un d’eux n’est pas en forme. On a des back-up », explique Éric Paquette.

♦ Des vacances

  • Entre leur résidence à Winnipeg et leur arrivée à Montréal, les chevaux de Cavalia ont passé une dizaine de jours de vacances au mont Sutton, sans entraînement et sans représentations. Juste à profiter du bon temps.