/entertainment/shows
Navigation

Frédéric Antoun adore la magie de Robert Lepage

Le ténor interprétera le prince Tamino dans La Flûte enchantée

tenor Frederic Antoun
Photo Agence QMI, Simon Clark Frédéric Antoun

Coup d'oeil sur cet article

Frédéric Antoun adore travailler avec Robert Lepage. Le ténor québécois, qui fait partie de la distribution de l’opéra La Flûte enchantée, aime bien le surnommer Robert le Mage.

« Ça donne toujours quelque chose d’unique et de magique », a-t-il lancé, lors d’un entretien.

Le chanteur, qui se glissera dans la peau du prince Tamino, avait interprété le personnage de Caliban, dans The Tempest, présenté à Québec en 2012.

« The Tempest représente, jusqu’à maintenant, ma plus belle expérience d’opéra en carrière », a-t-il laissé tomber.

À l’affiche ce soir, jeudi, samedi et le 6 août, au Grand Théâtre de Québec, à l’occasion du Festival d’opéra de Québec, La Flûte enchantée est un opéra en deux actes de Mozart, créé à Vienne en 1791 et mis en scène par Robert Lepage.

Il raconte le parcours initiatique du prince Tamino, amoureux de Pamina, la fille de la Reine de la nuit, qui a pour mission de délivrer la jeune femme séquestrée dans le palais du grand prêtre Sarastro, et ce, en compétition avec Papageno. Les deux hommes seront confrontés à une série d’épreuves, et le gagnant remportera le cœur de la jeune femme.

« C’est une histoire d’amour, de magie et d’humour. Il y a un peu de tout et c’est tellement bien marié que c’est ce qui en en fait une grande œuvre », a-t-il indiqué.

Le ténor, qui a déjà interprété ce rôle, en 2011, à Toronto, a eu peur de ne pouvoir participer à cette production qui prendra ensuite l’affiche au Metropolitan Opera à New York.

Trois années importantes

En raison du rôle de Fenton, dans l’opéra Falstaff, qu’il a joué entre le 7 et le 21 juillet au Royal Opera House de Londres, il était incapable de prendre part à toutes les répétitions à Québec.

« J’ai eu peur que ça ne fonctionne pas. Je pouvais seulement être là pour cinq répétitions. J’étais tellement content que Robert accepte que j’arrive un peu plus tard. J’ai commencé à répéter le 23 juillet. Ça va très vite, mais tout est en place. Je m’amuse comme un petit fou. Ça va être un super spectacle », a fait savoir le chanteur qui est arrivé à Québec, il y a une semaine.

La carrière du ténor montréalais se déploie principalement en Europe et aux États-Unis. Il a chanté à Londres, Paris, Zurich, Amsterdam, au Metropolitan Opera de New York et à San Francisco.

Le chanteur a étudié le chant au Curtis Institute of Music à Philadelphie. Trois années qui ont changé sa vie.

« C’est super contingenté, et la scolarité, lorsque tu es accepté, est gratuite. Il n’y a pas d’autres institutions comme ça aux États-Unis. Tu peux étudier avec qui tu veux sur la planète et ils vont, une fois par mois, te payer le voyage ou celui du professeur. J’avais mes premiers engagements à l’Opéra de Montréal, à l’époque, et ils me laissaient travailler, même si j’étais là seulement la moitié de l’année. Je pouvais même avoir des massages gratuits », a-t-il raconté.