/news/politics
Navigation

Éric Duhaime à l’origine d’un groupe anti-libéraux

Éric Duhaime à l’origine d’un groupe anti-libéraux
Capture d'écran, Tout le monde en parle

Coup d'oeil sur cet article

L’animateur Éric Duhaime est le cofondateur d’un groupe de pression anti-libéraux, calqué sur un organisme ontarien qui a travaillé à la défaite de Kathleen Wynne lors des récentes élections en Ontario.

Actif depuis la mi-juin, Québec Fier se présente comme un « collectif » qui « réunit des Québécoises et des Québécois écœurés d’assister passivement à la dégradation du Québec ». Il publie régulièrement sur sa page Facebook des photos dénonçant le gouvernement Couillard et s’est rapidement attiré quelque 5800 abonnés.

Certaines de ses images sont d’ailleurs abondamment partagées : une photo dénonçant le registre des armes à feu du gouvernement Couillard a été republiée plus de 16 000 fois.

Sur son site web, l’organisme stipule clairement que sa mission est de s’opposer « aux politiques de déclin des libéraux de Justin Trudeau et Philippe Couillard ».

Contre le PLQ

Créé à temps pour les élections provinciales l’automne prochain, Québec Fier se défend toutefois de favoriser un parti politique. « On a comme but de montrer que les politiques du Parti libéral [du Québec] n’ont pas été bénéfiques pour la province », explique le responsable du groupe, Jean-Philippe Fournier.

Ce dernier présente l’animateur du FM93, Éric Duhaime, comme un cofondateur de l’organisme. Le principal intéressé minimise son rôle, tout en confirmant être à l’origine du projet. « Je donne des idées à Jean-Philippe et j’essaie de partager ses publications », dit Éric Duhaime, qui affirme vouloir ainsi faire contrepoids à l’influence des syndicats.

Zones d’ombres

Québec Fier est inspiré d’Ontario Proud, qui a milité activement ce printemps pour empêcher la réélection de la libérale Kathleen Wynne en Ontario. L’organisme à but non lucratif a notamment payé une vidéo, devenue virale, qui dénonçait la hausse des tarifs d’Hydro One. La page Facebook d’Ontario Proud rejoint aujourd’hui 392 000 abonnés et on en retrouve des déclinaisons en Alberta et en Colombie-Britannique. Québec Fier dit toutefois ne pas avoir de liens formels avec son cousin ontarien.

Malgré la présence d’ex-employés ou de militants du Parti conservateur du Canada, tant Ontario Proud que Québec Fier assurent être des organismes indépendants. « Il n’y a aucun lien [avec le PCC]. Il n’y a pas de directives du chef ou du parti, personne du parti n’est payé pour faire ça », assure Jean-Philippe Fournier, lui-même ex-candidat du PCC.

Quant à savoir si des entreprises privées ou des fondations de droite financent l’initiative, Jean-Philippe Fournier refuse de répondre. « On a des donateurs privés », se contente-t-il de dire, assurant qu’il s’agit de faibles montants.

Le Directeur général des élections du Québec n’a pas donné suite à nos appels mercredi.