/news/currentevents
Navigation

Le fentanyl est généralisé à Vancouver

fentanyl drogue
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

VANCOUVER, C.-B. – Environ 90 % des opioïdes vendus dans la rue à Vancouver contenaient du fentanyl, selon une nouvelle étude de la Colombie-Britannique.

Présentée mardi par le BC Centre on Substance Use, ce projet-pilote de six mois qui consistait à tester la drogue dans deux sites d’injection supervisée montre aussi que 80 % des drogues vendues comme de l’héroïne à Vancouver ne contenaient même pas de cette substance.

«Les drogues aujourd’hui ne sont pas ce que les gens pensent qu’elles sont. Elles sont davantage contaminées par le fentanyl, la substance toxique responsable de la majorité des surdoses en Colombie-Britannique», a mentionné le Dr Mark Lysyshyn de la régie de santé Vancouver Coastal, par communiqué, mardi.

L’étude révèle également que le fentanyl se retrouvait dans 9 % des drogues stimulantes comme de la méthamphétamine ou du crack.

Toutefois, aucune des drogues testées dans le cadre de ce projet-pilote qui sont catégorisées comme de la MDMA, du LSD ou des champignons magiques n'était touchée par le fentanyl, selon le quotidien «The Globe and Mail».

Puisque la drogue était testée de manière volontaire par les consommateurs de drogue, le Dr Mark Lysyshyn n’était pas en mesure d’affirmer que son étude représente réellement l’ensemble du marché de la drogue dans la région de Vancouver, mais elle indique néanmoins que le fentanyl est répandu.

Épidémie de surdoses

La Colombie-Britannique est aux prises avec une épidémie de surdoses liées au fentanyl. Vendredi dernier seulement, 130 surdoses ont été répertoriées dans la province en une seule journée. Heureusement, personne n’a alors perdu la vie. En 2017, 1446 personnes sont mortes des suites d'une surdose dans la province.

Le fentanyl est 40 fois plus puissant que l’héroïne et 100 fois plus fort que la morphine. Quatre grains de sel de cette drogue synthétique, soit deux milligrammes, peuvent suffire à tuer un adulte moyen, selon la Gendarmerie royale du Canada.