/news/transports
Navigation

L'entrée de ville Bonaventure déjà à refaire, un an après l’inauguration

Des dalles de ce legs du 375e anniversaire de l’entrée de ville flambant neuve auraient été mal installées

Coup d'oeil sur cet article

Moins d’un an après la fin des travaux, la nouvelle entrée de ville Bonaventure construite au coût de 142 M$ est déjà à refaire en partie, a appris Le Journal.

Après avoir enduré trois ans de chantier dans ce secteur, les Montréalais pensaient que le calvaire était derrière eux. Erreur.

Depuis mardi, les clôtures, le son des marteaux piqueurs et la poussière sont de retour à l’angle de la rue Wellington et du nouveau boulevard Robert-Bourassa.

La place publique avec vue sur le centre-ville avait pourtant été inaugurée en grande pompe en septembre 2017 par l’ex-maire Denis Coderre, comme l’un des legs majeurs du 375e anniversaire de Montréal.

Denis Coderre, <i>ex-maire</i>
Photo tirée de Facebook
Denis Coderre, ex-maire

Quatre jours de célébration avaient même été prévus à l’ombre de l’œuvre d’art Sources, une structure blanche de 10 mètres de hauteur prêtée par la famille Desmarais qui trône à l’entrée de l’autoroute.

Mais depuis le début de la semaine, moins d’un an après l’inauguration, des ouvriers s’affairent déjà à démolir certaines des dalles de béton flambant neuves coulées au pied de la statue afin de les reconstruire.

Mal installées

Au passage du Journal hier, quatre trous de deux mètres de longueur par quatre mètres de largeur étaient visibles sur le pavé de part et d’autre de la rue Wellington, ainsi que deux crevasses plus petites.

Selon nos informations, une dizaine de trous du genre qui ont été faits au cours des derniers jours.

« On est habitué, a lancé en soupirant un travailleur du secteur, Benoit Sylvestre. C’est la Ville de Montréal. On a eu un chantier pendant [trois ans] quand ils ont défait l’autoroute. Et là on a encore un autre chantier », a-t-il ironisé.

Certaines dalles auraient été mal coulées ou mal installées lors des travaux d’origine, selon les informations obtenues par Le Journal.

Dans certains cas, la structure métallique dans laquelle elles ont été coulées était trop surélevée.

Avec l’usure, le métal et la rouille sont apparus à la surface du pavé. Dans d’autres cas, le béton s’est affaissé et causait des accumulations d’eau.

La Ville se contente de dire qu’elle a demandé à l’entrepreneur responsable Excavation Loiselle de faire « des travaux correctifs sur une déficience mineure » au niveau de l’armature métallique sur certaines portions du pavé.

La décision a été prise après vérification du chantier « afin de s’assurer qu’il est aux normes de qualité de la Ville ».

Selon la Ville, ces correctifs sont aux frais de l’entrepreneur. Ce dernier n’a pas voulu commenter hier.

Certains travailleurs du secteur rencontrés par Le Journal hier regrettent d’être à nouveau collés à un chantier sur cette place publique.

« Une fortune »

« Ça a coûté une fortune faire ça. Je trouve ça regrettable. Je ne dis pas que les travaux ne sont pas nécessaires, mais si ça été fait auparavant, ça été fait inutilement. Tout est toujours à recommencer », a commenté l’un d’eux, Gilles Spattz.

« Je suis un peu perplexe face à cette situation. Je ne comprends pas d’où provient la planification et pourquoi c’est à refaire si rapidement après l’inauguration. Est-ce que ça m’agace ? Oui, assurément, j’ai l’impression qu’il y a une planification qui n’est pas très bonne », a ajouté Sorin Iftimie.

Les rénovations devraient s’échelonner jusqu’au 13 août.

 

La nouvelle entrée Bonaventure

Photo d'archives, Martin Chevalier
  • Coût des travaux : 142 M$
  • Durée des travaux : 3 ans
  • L’ancienne autoroute surélevée qui s’y trouvait depuis les cinquante dernières années a été démolie pour être changée en boulevard urbain.
  • Deux œuvres d’art ont été installées. À l’extrémité sud, l’œuvre Sources, de l’artiste espagnol Jaume Plensa (photo), est la propriété d’André et de France-Chrétien Desmarais et prêtée à la Ville de Montréal pendant 25 ans. Au centre du boulevard on trouve l’œuvre Dentrites de l’artiste Michel de Broin.