/misc
Navigation

Investir dans Apple, même si c’est cher?

Coup d'oeil sur cet article

Question : Apple est la première entreprise de l’histoire à atteindre la barre mythique des 1000 milliards $ de capitalisation boursière. Est-ce trop tard pour y investir ?


Réponse : Non, car Apple (AAPL) offre des profits stables à long terme.

Apple a présenté des résultats records au troisième trimestre mardi, avec un bénéfice net en hausse de plus de 32 %, à 11,5 milliards $ US, soit 2,34 $ US par action, et des profits records de 29,9 milliards $ US en un an, tirés des iPhone.

Doit-on investir dans Apple, dont le titre cote à plus de 200 $ ?

Oui, parce que...

  • Même si les ventes d’iPhone croissent moins qu’anticipé, Apple génère une marge très élevée de 118 $ US par appareil (+19 % en un an) et ne cesse d’en vendre ; un succès éclatant comparé à ses compétiteurs, surtout Samsung, qui peine à écouler son fleuron, le Galaxy S9. La part de marché d’iOS ne cesse d’augmenter : États-Unis (38,7 %), Chine (19,4 %), Europe (20,1 %).
  • Le prix de vente du iPhone X, à plus de 1000 $, n’effraie pas les acheteurs.
  • Le secteur des services (Apple Care, Apple Pay, App Store), à 9,55 milliards $ US, a crû de 31 % en un an et franchira la barre des 10 milliards $ US au prochain trimestre. C’est l’avenir de la compagnie. Certains y voient des revenus de 50 milliards $ US d’ici 2020. Les revenus d’Apple Music sont en hausse de 50 % depuis un an. Dix ans après sa création (170 milliards de téléchargements, ventes d’environ 130 milliards $ US), l’App Store a 500 millions de visiteurs par semaine. Apple prélève une commission de 15 % à 30 % aux développeurs.
  • Les ventes de montres et d’AirPods affichent une croissance de 60 % en un an ! Les « produits autres » ont crû de 37 % en un an, à 3,74 milliards $ US.
  • Les ventes outremer explosent. Chine : 9,55 milliards $ US, 19 % en un an ; reste de l’Asie : 16 % ; Japon : 7 % ; Europe : 14 % ; 20 % des revenus d’Apple viennent de Chine.
  • Apple offre un dividende de 2,92 $ US par action (1,57 %). La réforme fiscale de l’administration Trump a permis à Apple de rapatrier une partie de son trésor de guerre de 250 milliards $ US, de racheter 20 milliards $ US d’actions et de verser un dividende allant jusqu’à 5 milliards $ US.
  • Certains croient que l’action est encore une aubaine et cotera bientôt à 300 $ US. Le cours se transige à 13 fois les profits anticipés de 2019 (contre 21,6 fois pour Microsoft), soit un ratio PEG de 0,54 : Apple est sous-évaluée selon plusieurs.

Non, parce que...

  • Les ventes d’ordinateurs (iMac et iPad) déclinent (certains s’attendent à un rebond) et Apple dépend encore trop de l’iPhone. Le compétiteur Huawei menace l’entreprise de plus en plus. Le ratio cours/bénéfice est à 19,49. La marge brute, à 38,3 %, est en baisse depuis dix trimestres.
  • La guerre commerciale avec la Chine initiée par l’administration Trump pourrait affecter les ventes et les coûts de production.
  • Les autorités chinoises critiquent Apple parce que ses produits filtrent difficilement les « contenus indésirables ».
  • Fitbit affecte lourdement les ventes de l’Apple Watch.

► Question à notre investisseur

► Les informations publiées dans cette chronique ne constituent pas des conseils ou des recommandations formulées par Le Journal. Toute personne intéressée doit consulter les conseillers ou professionnels autorisés pour ces fins par l’Autorité des marchés financiers.