/lifestyle/health
Navigation

Le dessert laitier diététique au banc d’essai

Coup d'oeil sur cet article

La saison estivale rime avec plaisirs glacés. Rafraîchissantes, les crèmes glacées plaisent à tous. Avec leur richesse en gras et en sucres, les glaces sont considérées comme des gâteries que l’on consomme à l’occasion. Voilà que l’industrie fait preuve d’innovation en lançant plusieurs nouveautés au rayon de la glace diététique. Qu’en est-il de leurs valeurs nutritives ?

Notre analyse

26 desserts laitiers ont été évalués dans le cadre de ce banc d’essai. La portion de référence à des fins comparatives est de ½ tasse (125 ml). Les glaces apportent, par portion :

  • Entre 70 et 100 calories
  • Entre 2 et 4 g de lipides
  • Entre12 et 20 g de glucides (dont 6 à 11 g de sucres et de 3 à 6 g de sucres alcool)
  • Entre 0 et 6 g de fibres
  • Entre 4 et 7 g de protéines
  • Entre 45 et 170 mg de sodium
  • Entre 10 et 15 % VQ de calcium

Un marketing convaincant !

Les emballages sont accrocheurs, certains mettant de l’avant le contenu raisonnable en calories pour le pot entier de 475 ml (de 360 à 380 calories) ou de 500 ml (de 320 à 360 calories), d’autres ciblant l’apport raisonnable en calories par portion de 125 ml (de 80 à 100 calories). Dans tous les cas, les saveurs proposées sont décadentes invitant les consommateurs à se délecter sans culpabilité !

Malgré l’apport en calories tout à fait raisonnable, l’analyse des listes d’ingrédients déçoit dans la plupart des cas. On note la présence de plusieurs agents texturants, d’édulcorants et même d’huile de palme.

Les meilleurs choix

Photo Chantal Poirier

Les deux glaces de Good North au moka et biscotti au chocolat et au caramel se distinguent. Avec 10-11 g de sucres, ce sont les glaces sans édulcorants les moins sucrées du banc d’essai.

Photo Chantal Poirier

Enrichies en protéines de lait, elles apportent 6 g de protéines. Avec 3 g et moins de gras et peu de sodium, elles comptent dans nos meilleurs choix. On aime aussi le fait qu’elles soient fabriquées au Canada. 

Photo Chantal Poirier

Deux autres saveurs de la même marque (chocolat et brownies et biscuit et crème) sont moins intéressantes puisqu’on retrouve de l’huile de palme dans leurs listes d’ingrédients.

Photo Chantal Poirier

Du côté de glaces Halo Top, elles apportent aussi un nombre significatif en protéines, peu de calories et entre 6 et 8 g de sucres. Deux édulcorants sont présents, soit l’érythritol (un sucre-alcool entre 5 et 6 g par portion) et le stévia. La saveur caramel et sel de mer apporte 170 mg de sodium par portion. Elles sont aussi enrichies en fibres si bien qu’une portion en apporte 3 grammes. Bien que les valeurs nutritives semblent optimales, je préfère les produits sans édulcorants.

Photo Chantal Poirier

Les moins bons choix

Photo Chantal Poirier

La marque Cool Way, également produite au Canada, propose aussi plusieurs desserts glacés aux valeurs nutritives fort alléchantes. C’est le produit le moins calorique (70 calories), le plus faible en lipides (2 g), le plus riche en protéines (7 g) et parmi les moins sucrés (6 g de sucres et 3 g de sucres alcool).

Photo Chantal Poirier

On met de l’avant sur l’emballage la teneur élevée en protéines, soit 28 g par pot de 500 ml. Les listes d’ingrédients sont par contre plutôt décevantes. Constituées de substances laitières modifiées, elles contiennent aussi deux édulcorants comme les produits Halo Top (érythritol et stévia). On note aussi la présence d’huile de palme dans les saveurs Croustade gaufrée aux bleuets et biscuits et crème.

Photo Chantal Poirier

Marque plus connue, Breyers propose aussi des desserts glacés diététiques. La saveur de biscuit et crème est moins intéressante. Malgré que le produit se distingue par sa richesse en fibres (5 g), il contient moins de protéines que la moyenne (4 g). La liste d’ingrédients est aussi exhaustive avec la présence notamment de maltodextrine et de trois édulcorants érythritol, maltitol et stévia. Cette saveur contient également de l’huile de palme.

Le saviez-vous ?

Selon le Règlement sur les aliments et drogues, un produit peut porter le nom de crème glacée s’il renferme au moins 10 % de gras de lait (8 % si ajout de cacao, de sirop de chocolat, de fruits, de noix ou de confiseries). Les desserts glacés analysés dans le cadre de ce banc d’essai ne sont donc pas des crèmes glacées, mais bien des desserts laitiers glacés.

La bonne portion

Peu importe son choix, il faut éviter de manger le pot entier même si la proposition semble convaincante. Une boule (125 ml) suffit ! Il ne serait pas étonnant de constater que les consommateurs se laissent tenter par une 2e portion considérant la promesse diététique.


► Merci à Karelle Lachaîne, stagiaire en nutrition, pour sa précieuse collaboration.