/news/society
Navigation

«Mission accomplie» pour la 22e édition

Une cuvée 2018 satisfaisante pour la directrice générale des Fêtes de la Nouvelle-France

Coup d'oeil sur cet article

Malgré les caprices de dame Nature, la directrice générale des Fêtes de la Nouvelle-France, Mélanie Raymond, dit « mission accomplie » pour la 22e édition de l’événement, notamment grâce à l’« esprit de village » qui régnait dans le quartier Petit Champlain.

« C’est ma troisième année au sein des FNF, mais c’est de loin ma préférée, lance Mme Raymond. Ç’a été une très belle édition. Évidemment, on a joué de malchance avec la pluie [samedi], mais on n’a aucun contrôle là-dessus. »

Il était encore trop tôt dimanche pour dresser un bilan en chiffres des cinq jours qu’ont duré les festivités, mais la directrice générale s’est montrée optimiste lorsqu’est venu le moment de dresser un comparatif avec les années précédentes.

« Le sentiment est très bon et on a eu de belles foules, notamment avec le spectacle d’Offenbach, où les gens sont restés jusqu’à la toute fin », évoque-t-elle.

« Esprit de village »

L’un des points forts de cette 22e édition a été l’animation continue à la place de Paris, une nouveauté cette année. Ce roulement constant a contribué à créer un véritable « esprit de village » au cœur de l’événement.

« Peu importe l’heure du jour à laquelle les gens venaient, il y avait quelque chose de vivant. De l’animation, des personnages, de la musique, du chant ; il n’y avait pas de temps morts », pointe Mélanie Raymond.

« Je me mets dans la peau du festivalier qui arrivait 15 minutes après qu’une prestation musicale se soit terminée, il devait penser que la place de Paris était l’activité en soi, alors que c’était une pause », poursuit-elle.

Les défilés quotidiens sont également définis comme une réussite, permettant d’amener une « très belle ambiance dans le secteur, tant pour les résidents que les commerçants », croit Mme Raymond. Elle avoue cependant qu’il est difficile de faire abstraction des géants qui n’ont pu déambuler sur la place des Canotiers en raison des orages.

À l’an prochain

La directrice générale des Fêtes de la Nouvelle-France ne prévoit pas de changement draconien en vue de la prochaine édition, elle qui est fort satisfaite des cinq jours dans leur ensemble.

« On pourrait se laisser surprendre par encore davantage d’art de rue », relève toutefois Mélanie Raymond, soutenant que la nouvelle équipe de programmation a « déjà plein d’idées » en tête en vue de l’an prochain.