/entertainment/tv
Navigation

Marie-Christine Bergeron à J.E.

Elle prend les rênes de l’émission, qui entamera sa 26e saison

Marie-Christine Bergeron
Photo courtoisie Marie-Christine Bergeron

Coup d'oeil sur cet article

Marie-Christine Bergeron prendra la barre de J.E. cet automne à TVA. La journaliste succédera à Paul Larocque, qui pilotait l’émission depuis cinq ans.

Ce dernier quitte la barre de J.E. pour une question d’horaire, nous informe le diffuseur. En semaine à LCN, Paul Larocque continuera d’animer La Joute, qui s’étirera maintenant sur deux heures au lieu d’une. Il demeure également aux commandes de 100 % Nouvelles.

Quant à Marie-Christine Bergeron, elle parle d’un défi qui combine ses deux passions : le journalisme de terrain et l’animation.

« Je suis vraiment une journaliste de terrain. Ça m’a toujours fait triper. Ça m’a toujours donné des frissons. Quand j’anime un bulletin de nouvelles, ce n’est pas pareil. C’est prestigieux, mais je suis incapable de rester en dedans très longtemps. J’ai fait Salut, bonjour ! pendant deux ans et j’avais besoin de sortir. Le vrai journalisme, c’est quand tu rencontres du vrai monde.

« Je viens d’avoir 40 ans, poursuit l’ex-animatrice du Québec Matin. Je suis journaliste depuis 20 ans. J.E. est une émission d’enquête. C’est ce que je fais. C’est ce que j’aime. C’est naturel pour moi. »

Prendre les rênes d’une émission à succès qui entame sa 26e saison en ondes vient avec beaucoup de pression. Marie-Christine Bergeron le sait. Mais elle se sent capable de foncer. « Au début, ça m’a donné le vertige parce que j’écoutais J.E. quand j’étais ado. Mais j’ai l’impression d’être à ma place. »

Cyberdépendance et religion

Marie-Christine Bergeron sera entourée des reporters Denis Therriault, Élizabeth Laplante, Félix Séguin et Harold Gagné à J.E. à compter du jeudi 13 septembre. Trois émissions ont déjà été enregistrées.

Parmi les sujets qui seront explorés, citons la cyberdépendance des jeunes.

« Je suis une mère de deux enfants de 8 et 10 ans, indique Marie-Christine Bergeron. J’essaie de trouver des sujets qui peuvent toucher les parents. J.E. touche tout le monde. Ce n’est pas juste “on va buster des criminels”. On doit avoir des sujets qui touchent le quotidien des gens, comme la cyberdépendance. Pour un parent, c’est une lutte quotidienne de gérer la tablette, les réseaux sociaux, les jeux en ligne et l’ordinateur de son enfant. »

L’équipe de J.E. a également infiltré une communauté religieuse pendant plusieurs semaines. Ce dossier sera présenté cet automne.