/news/society
Navigation

Un avion historique sera réparé

Des bénévoles ont retrouvé à l’aéroport de Saint-Hubert un appareil qui a fait le débarquement de Normandie

Benoît de Mulder travaille bénévolement à restaurer le vieil avion.
Photo collaboration spéciale, Alexandre Moranville-Ouellet Benoît de Mulder travaille bénévolement à restaurer le vieil avion.

Coup d'oeil sur cet article

Un groupe de passionnés d’aviation tenteront de remettre en état de vol un appareil ayant servi durant la Deuxième Guerre mondiale, après que celui-ci a été laissé à l’abandon pendant près de 25 ans.

Le président de l’organisme Avialogs, Benoît de Mulder, a fait la découverte de CF-TER, un avion de type Douglas DC-3, au début de l’an dernier. L’appareil était abandonné à l’aéroport de Saint-Hubert, à Longueuil, depuis près de 25 ans.

<b>Benoît de mulder</b></br>
<i>Président d’Avialogs</i>
Photo courtoisie
Benoît de mulder
Président d’Avialogs

Laissé pour compte sur un petit terrain sans surveillance, l’avion a été victime de plusieurs actes de vandalisme qui l’ont abîmé.

Malgré son aspect décrépi, le vieil appareil dissimule un historique extrêmement riche.

Après de nombreuses recherches, les bénévoles d’Avialogs ont découvert que le CF-TER a non seulement participé au débarquement de Normandie le 6 juin 1944, mais a également été un témoin important de l’histoire aéronautique civile canadienne.

Il a été acheté par Canadair en 1946 et utilisé pendant 47 ans par Transport Canada.

Une photo des années 1970 alors que l’appareil était utilisé par Transport Canada.
Photo courtoisie
Une photo des années 1970 alors que l’appareil était utilisé par Transport Canada.

Tâche colossale

« Lorsqu’on a su tout son historique, nous avons immédiatement décidé de l’acheter et de le récupérer, raconte M. de Mulder. Nous ne voulions pas qu’une pièce historique comme celle-là disparaisse à jamais. »

L’appareil est maintenant hébergé sur le terrain du hangar privé H-18, partenaire du projet. Les bénévoles d’Avialogs entreprendront dans leurs temps libres la colossale tâche de restaurer la pièce volante historique.

Les appareils de navigation du cockpit sont aujourd’hui tous manquants.
Photo collaboration spéciale, Alexandre Moranville-Ouellet
Les appareils de navigation du cockpit sont aujourd’hui tous manquants.

Bien que le véritable objectif demeure ultimement de remettre l’avion en état de vol, un financement considérable manque toujours.

300 000 $

« Près de 300 000 $ et entre 4 à 10 ans de travaux seront nécessaires afin de le faire voler à nouveau », explique Robert St-Pierre, directeur du Musée de l’aviation de Montréal.

Celui-ci est l’une des nombreuses additions faites à l’équipe d’Avialogs, qui compte maintenant près d’une trentaine de bénévoles passionnés issus de divers milieux.

« C’est vraiment un gros travail collaboratif, souligne M. de Mulder. Des ingénieurs, mécaniciens, historiens amateurs, etc. ont accepté de nous aider pour la simple passion de l’histoire aérienne. C’est beau à voir. »

Encore solide

L’une des plus grandes surprises pour Benoît de Mulder a été de constater que l’appareil conserve une structure intégrale en très bon état.

« On parle ici d’un avion s’étant fait tirer dessus par la DCA allemande, s’exclame le président de l’organisme. Malgré la guerre et tout le vandalisme, le cœur de ce dernier est quasi intact. »

La prochaine étape de l’équipe sera de terminer la mise à nu de l’appareil, ou stripping, action consistant à retirer chaque élément non essentiel à l’intégrité de l’aéroplane.

L’historique de l’avion

  • 1944 : Construction de l’avion sous le modèle militaire C-47.
  • 5-6 juin 1944 : Participe au débarquement de Normandie au sein de la Royal Air Force britannique.
  • Septembre 1944 : Participe à l’opération Market Garden, l’une des plus grandes missions aéroportées de l’histoire, aux Pays-Bas. Il est endommagé par la FLAK allemande.
  • 1946 : Avec la fin de la guerre, Canadair rachète les droits de production des C-47 de la compagnie Douglas, qui deviennent des modèles DC-3. L’appareil est alors converti en avion civil.
  • 1946-1993 : le CF-TER est utilisé par Transport Canada.
  • 1993-2017 : L’avion est abandonné à l’aéroport de Saint-Hubert.
  • Avril 2017 : Avialogs rachète le CF-TER dans le but de le restaurer.