/news/provincial
Navigation

L’élargissement d’Henri-IV coûtera 200 M$ de moins que prévu

Le coup d’envoi des travaux a été donné mercredi avec la première pelletée de terre

La vice-présidente du comité exécutif de la Ville de Québec, Marie-Josée Savard, la ministre déléguée aux Transports, Véronyque Tremblay, le ministre responsable de la Capitale-Nationale, Sébastien Proulx, ainsi que les ministres fédéraux Jean-Yves Duclos (Famille) et François-Philippe Champagne (Infrastructure) ont fait valoir que les travaux permettront d’améliorer non seulement la fluidité, mais aussi la sécurité sur cet important axe routier. 
Photo Jean-François Desgagnés La vice-présidente du comité exécutif de la Ville de Québec, Marie-Josée Savard, la ministre déléguée aux Transports, Véronyque Tremblay, le ministre responsable de la Capitale-Nationale, Sébastien Proulx, ainsi que les ministres fédéraux Jean-Yves Duclos (Famille) et François-Philippe Champagne (Infrastructure) ont fait valoir que les travaux permettront d’améliorer non seulement la fluidité, mais aussi la sécurité sur cet important axe routier. 

Coup d'oeil sur cet article

Les trois paliers de gouvernement ont procédé mercredi à la première pelletée de terre marquant le début des travaux d'élargissement de l'autoroute Henri-IV, maintenant évalués à moins de 300 M$, et qui devraient être menés à terme en 2023.

Il y a un an presque jour pour jour, les gouvernements fédéral, provincial et le maire de Québec, Régis Labeaume, avaient annoncé que la cet important chantier représentait une facture d’environ 450 M$.

Comme le projet prévoit l’ajout d’une troisième voie sur une distance de seulement deux kilomètres entre les autoroutes Charest et Félix-Leclerc et d’une autre sur un kilomètre entre Félix-Leclerc et l’avenue Chauveau, les coûts élevés du projet en avaient fait sourciller plus d’un.

Les travaux sont évalués à moins de 300 M$, et devraient être complétés en 2023.
Photo Marc-André Gagnon
Les travaux sont évalués à moins de 300 M$, et devraient être complétés en 2023.

Il avait déjà même été question d’une somme de 500 M$, mais les coûts ont depuis été revus considérablement à la baisse. Ils sont désormais estimés à 291 M$.

«C’est une excellente nouvelle. [...] Tant mieux, c’est au bénéfice des contribuables», a commenté la ministre déléguée aux Transports, Véronyque Tremblay.

«C’est la preuve que parfois, il faut prendre le temps de faire les choses correctement», a ajouté le ministre responsable de la Capitale-Nationale, Sébastien Proulx, en envoyant ici une pointe à l’endroit de la Coalition avenir Québec de François Legault, qui voudrait appuyer sur l’accélérateur dans le dossier du troisième lien.

Élargissement et réfection

«Évidemment les coûts ne sont pas faits en fonction d’une critique, a expliqué la ministre Tremblay, mais les coûts sont réalistes. C’est en fonction de plein de choses (que les coûts ont été revus). Ça peut être le prix du pétrole... Il y a comme un ensemble de facteurs.»

Si le prix demeure somme toute «quand même assez élevé» par rapport à la courte distance sur lesquels les travaux seront exécutés, «c’est qu’il y a beaucoup de structures qui seront refaites», a expliqué la ministre. On parle d’au moins 13 structures majeures qui seront pour la plupart complètement reconstruites sur tout le tracé afin de permettre l’élargissement à trois voies dans chaque direction. Une portion de la chaussée sera aussi faite en béton afin de prolonger sa durée de vie, là où circulent plus de 100 000 véhicules par jour.

«J’ai presque envie de dire: un rêve qui devient réalité», s’est réjouie la conseillère municipale Marie-Josée Savard, venue représenter le maire Labeaume. Cinquante ans après la construction de cette autoroute, des travaux d’envergure étaient rendus plus que nécessaires, selon elle.

La contribution fédérale réduite en conséquence

La contribution du gouvernement fédéral, qui devait être de 174 M$, a été diminuée en conséquence, à 128 M$.

Le nouveau ministre fédéral de l’Infrastructure, François-Philippe Champagne, a parlé d’un «investissement historique» à Québec. Ce dernier en était à sa première annonce dans la région depuis que Justin Trudeau lui a confié ses nouvelles fonctions, il y a trois semaines.

Le ministre Champagne a indiqué que de «faciliter les déplacements des gens dans la région de Québec demeure une priorité» pour son gouvernement.

En marge de l’annonce, il s’est aussi engagé à travailler en collaboration avec le CN dans l’espoir de régler le dossier de la rouille du pont de Québec. «Il est temps pour les gens de Québec qu’on arrive à trouver une solution», a dit M. Champagne.

 

AUTOROUTE HENRI-IV 

Projet d’élargissement – Phase II

Coûts : 291 M$

Durée : 5 ans

Reconstruction de la chaussée en béton entre les échangeurs Charest et Félix-Leclerc

Élargissement à trois voies entre :

  • Les échangeurs Charest et Félix-Leclerc dans les deux directions sur 2 km
  • L’échangeur Félix-Leclerc et l’avenue Chauveau en direction nord sur 1 km