/sports/tennis
Navigation

Auger-Aliassime est venu près d’imiter Shapovalov

«Je suis très déçu d’avoir laissé filer la victoire»

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | Quatre Canadiens participaient mercredi au deuxième tour du tournoi de la Coupe Rogers à Toronto, et ce sont les deux plus jeunes qui ont fait le spectacle.

Après que Denis Shapovalov eut surmonté un déficit de 0-4 en deuxième manche pour l’emporter 6-3, 7-5 aux dépens de la 14e tête de série Fabio Fognini, on a bien cru que son copain Félix Auger-Aliassime allait l’imiter en fin de soirée.

Le soir de son 18e anniversaire de naissance, Auger-Aliassime menait 4 à 1 dans le bris d’égalité lorsque le Russe Daniil Medvedev a renversé la vapeur pour arracher une victoire de 3-6, 6-4 et 7-6 (7) sur le court central du Centre Aviva. Il était minuit et sept minutes lorsque ce match fort palpitant a pris fin. On peut écrire que Félix a veillé tard pour ses 18 ans! Vous n’avez pas fini d’entendre parler de lui.

S’il avait pu gagner ce duel contre Medvedev, Auger-Aliassime serait devenu le plus jeune joueur à remporter deux matchs dans un tournoi Masters 1000 depuis Rafael Nadal en 2004 à Miami, et le plus jeune à réussir le coup au tournoi de la Coupe Rogers depuis Mats Wilander en 1982!

Fort déçu

«Je suis extrêmement déçu d’avoir laissé filer la victoire, a commenté Auger-Aliassime lors d’un point de presse. Je suis triste et frustré. Le match s’est joué sur quelques points et il est difficile pour moi de déceler ce qui a pu faire la différence à la fin. Je le ferai à tête reposée demain. C’est certain qu’il y aura des ajustements à apporter à mon service.

«C’est dommage, parce que ça fait quelques tournois que je rate l’occasion d’aller plus loin. J’ai du mal à concrétiser les victoires, a-t-il ajouté. Pourtant, je me sentais bien, physiquement et mentalement. Je n’étais pas plus nerveux qu’à l’habitude et je ne me sentais pas fatigué à la fin. La foule m’a très bien soutenu durant tout le match. Ce n’est vraiment pas le résultat que j’espérais obtenir.

«J’ai très bien joué lors de la première manche et Medvedev s’est ensuite ajusté. Il est demeuré très solide à la fin pour gagner le bris d’égalité. Le mérite lui revient. Pourtant, je me sentais bien lors de ce bris d’égalité. C’est une situation que j’ai pourtant connue quand j'ai battu Vasek Pospisil au tournoi d’Indian Wells.»

Shapovalov tient ses promesses

Shapovalov avait promis, avant le début du tournoi de la Coupe Rogers, qu’il allait s’assurer d’offrir un bon spectacle aux amateurs de tennis de Toronto, peu importe les résultats. Il a tenu parole pour un deuxième soir de suite alors qu’il a remporté une victoire contre l’excellent Fognini. Il a ainsi atteint le troisième tour, un an après avoir pris part à la demi-finale à Montréal.

Shapovalov, qui a dû composer avec un long délai causé par la pluie au cours de ce match, a effectué une remontée du tonnerre dans la seconde manche, alors que Fognini avait pris une avance de 4-0.

«J’en retire une grande satisfaction, a-t-il raconté en conférence de presse. À 0-4, je me suis dit qu’il fallait que je sois discipliné et que, si je parvenais à briser le service de mon rival, tout devenait possible. Le vent a tourné et j’ai très bien joué par la suite pour conserver mon élan.»

Shapovalov a brisé quatre fois le service de son rival, avec qui il a d’ailleurs eu une discussion sur le court, à un moment donné, alors que la foule huait Fognini. «Je ne suis pas certain de ce qu’il m’a dit. Je ne comprends pas l’italien! Je lui ai simplement mentionné que, s’il y a un problème, il vaut mieux en discuter après le match.»

Changement frustrant

Les intempéries ont forcé les organisateurs à déplacer le match Shapovalov-Fognini sur le court de la Banque Nationale. L’Ontarien de 19 ans n’a pas caché qu’il était déçu de ne pas avoir pu jouer sur le court central et il a même rédigé un message sur son compte Twitter pour exprimer sa frustration, avant de le retirer rapidement !

«Je tiens à m’excuser auprès des partisans et de mes amis qui n’ont pas eu l’occasion de me voir jouer sur le court central ce soir. J’étais déçu en apprenant que le match avait été déplacé sur un autre court et c’est pourquoi j’ai rédigé un message.

«La foule a toutefois été extraordinaire, me transmettant bien son énergie. C’est une foule plus compacte sur le court de la Banque Nationale. Les encouragements des spectateurs ont joué en ma faveur et cela a semblé déranger Fognini à la fin.»

En bref:

À sa 30e et dernière participation à la Coupe Rogers, Daniel Nestor s’est incliné en double, en compagnie de Vasek Pospisil, contre le duo Féliciano et Marc Lopez, en des manches de 6-7, 6-2 et 10-6... Un hommage a été rendu au cours de la soirée au légendaire Bob Bédard afin de souligner le 60e anniversaire de sa dernière victoire en simple aux Internationaux de tennis du Canada, en 1958. Bédard, originaire de Saint-Hyacinthe et aujourd’hui âgé de 86 ans, a remporté trois fois le tournoi. Tennis Canada lui a remis une plaque honorifique.