/sports/baseball/capitales
Navigation

Du caractère à la maison

Les Capitales remontent la pente et défont les Miners de Sussex County 9-5

Capitales
Photo d’archives, Simon Clark James McOwen a donné le ton à la remontée avec une claque en solo en sixième manche. 

Coup d'oeil sur cet article

Les Capitales ont comblé un déficit de quatre points dans une démonstration de caractère en lever de rideau de leur série à domicile contre les Miners de Sussex County, en route vers un gain de 9-5 devant 2662 spectateurs, jeudi soir, au Stade Canac.

Après deux victoires plus tôt cette semaine aux dépens des Boulders, la formation à la fleur de lys a ainsi réussi un autre tour de force important pour maintenir son emprise sur la deuxième position, et ce, malgré son arrivée autour de 8 h en matinée depuis Rockland.

« L’attaque commence à lever et j’en suis très heureux. On a besoin de ça. Avec les départs de certains de nos lanceurs, on devient une équipe plus offensive et j’aime le timing, et si on peut rester en santé », a souligné le gérant Patrick Scalabrini.

En retard 4-0, les Capitales ont été réanimés par une longue balle de James McOwen et par un double de T.J. White qui s’est transformé en point marqué à la suite de deux erreurs en défensive. White est revenu à la charge avec un important simple de deux points qui a placé les Capitales en avance pour la première fois.

« Le coup sûr de White avec son point produit à deux retraits a changé le match. On a pris les devants et on n’a plus jamais regardé derrière ensuite », a lancé Scalabrini.

Benitez en danger

Les quatre points accordés par les Capitales ont été portés au dossier du partant Juan Benitez (0-3, 6,63), tous en troisième manche. Sur un siège éjectable avant le premier lancer, le grand Dominicain a offert une performance en demi-teinte en espaçant bien sept coups sûrs tout en étant trois fois généreux et en retirant six frappeurs. Le retour imminent de Karl Gélinas obligera Scalabrini à rompre le contrat de l’un de ses 22 soldats.

« On va dormir là-dessus. Je n’ai pas besoin de faire un changement immédiatement. Il a eu une très mauvaise manche, mais il nous a aussi montré de très beaux flashs d’un lanceur dominant », a-t-il expliqué.

Venu en relève à Benitez en septième, Lachlan Fontaine (1-0, 2,94) a obtenu sa première « W » chez les professionnels dans l’une de ses rares sorties sur la butte alors que ses coéquipiers pouvaient toujours espérer l’emporter. « J’avais commencé à travailler ma motion avec Karl et ça fonctionne. Je suis de plus en plus à l’aise et confiant. Peu importe le pointage, j’essaie de retirer les frappeurs ! » disait le natif de North Vancouver pendant que l’adjoint, Jean-Philippe Roy, lui remettait la balle du jour.

En vitesse

Toujours incommodé par une blessure au genou, le voltigeur Nick Van Stratten ratait un quatrième match successif. Scalabrini ne sait pas à quel moment il pourra compter de nouveau sur les services du flamboyant vétéran. Le receveur Adam Ehrlich s’est quant à lui fait mal au dos en courant, ce qui le rendait indisponible jeudi... Karl Gélinas renouera avec l’action dimanche dans le dernier match de la série disputé exceptionnellement à 16 h en raison de la présentation du championnat provincial midget AAA au Complexe baseball Victoria (CBV)...

Un Québécois sur les traces de Scalabrini

 

Le nouveau recordman pour la moyenne au bâton en une saison dans la Ligue de baseball junior élite du Québec (LBJÉQ), Louis-Philippe Pelletier, était dans l’œil du gérant Patrick Scalabrini avant le coup d’envoi de la présente campagne.

Le joueur des Orioles de Montréal a terminé mercredi soir sa dernière année dans les rangs juniors avec une moyenne de ,515 (68 en 132), éclipsant les marques de Carlos Sanchez (,514) et d’un certain Scalabrini (,512) établies en 1999. Il s’agit des seuls trois joueurs de l’histoire du circuit à avoir frappé au-delà de ,500 au cours d’une même saison.

Âgé de 22 ans, Pelletier avait été sélectionné en 20e ronde par les Astros de Houston en 2016, faisant le saut quelques semaines plus tard avec l’équipe des recrues de l’organisation. Après un an et demi dans les ligues mineures, il a décidé d’amorcer des études à l’Université de Montréal. En mai, il amorçait un dernier tour de piste dans la LBJÉQ.

Parcours semblable

Scalabrini avait tenté de convaincre celui qui a étudié au même collège que lui, à Seminole State en Floride, de se pointer au camp du club indépendant de Québec, mais si l’on se fie aux propos du coach, ce n’est que partie remise.

« Bien sûr que je le connais, il a battu mon record », a rigolé l’instructeur-chef des Capitales qui avait connu sa saison de rêve dans l’uniforme des Bombardiers de Sherbrooke.

« Et c’est encore plus impressionnant qu’il ait fait ça avec un bâton en bois alors que nous, c’était en aluminium. Il est trop fort pour la LBJÉQ ! C’est un gars que j’avais approché avant le début de la saison, mais il travaille et ça ne fonctionnait pas, mais j’aimerais l’avoir dans le futur. »

Après un an dans le baseball affilié en 2005, Scalabrini était retourné dans l’indépendant à St. Paul avant de terminer sa carrière là où il est désormais le patron. Le joueur d’utilité qui a aussi cogné neuf bombes et produit 43 points empruntera-t-il ce chemin à son tour ? Mais avant d’y penser, ses coéquipiers des Orioles et lui amorceront leur parcours éliminatoire le 22 août comme favoris après avoir terminé le calendrier régulier au sommet en vertu d’une fiche de 32-10.