/finance/business
Navigation

De la viande fraîche et du fromage fin en vente chez Pharmaprix

La chaîne lance un nouveau concept d’offre alimentaire dans 11 établissements

Le magasin Pharmaprix, situé au 1580, rue Ontario Est, à Montréal, offre une formule « prêt à emporter ». Selon Éric Bouchard, vice-président principal, le projet pilote sera déployé dans un premier temps principalement dans la région métropolitaine. 
Photo Agence QMI, Mario Beauregard Le magasin Pharmaprix, situé au 1580, rue Ontario Est, à Montréal, offre une formule « prêt à emporter ». Selon Éric Bouchard, vice-président principal, le projet pilote sera déployé dans un premier temps principalement dans la région métropolitaine. 

Coup d'oeil sur cet article

La chaîne Pharmaprix met de l’avant un projet pilote qui sera déployé d’ici la fin de l’année dans 11 établissements du Québec dans le but d’offrir un plus vaste assortiment de produits alimentaires frais, a appris Le Journal.

Lors de l’acquisition de Shoppers Drug Mart – Pharmaprix au Québec –, en 2013 pour 12,4 G$, le géant de l’alimentation Loblaw avait fait savoir qu’il souhaitait réaliser une plus grande intégration de produits entre les bannières.

Le projet qui est lancé aujourd’hui se décline en trois formules. Les zones marchés accueilleront soit un « comptoir réfrigéré », un « prêt à emporter » ou un « assortiment complet » de produits, a confirmé au Journal le vice-président principal de Pharmaprix, Éric Bouchard.

Selon le modèle choisi, on pourra retrouver jusqu’à 750 nouveaux produits frais comme des fruits et légumes, des salades préparées, des fromages fins ainsi que de la viande fraîche comme la volaille, le porc et le bœuf.

Pour l’instant, un seul Pharmaprix offrira un concept complet de produits. Il s’agit de la pharmacie située à l’angle des rues Sainte-Catherine et Guy, à Montréal.

« On rajoute des produits frais et santé. L’alimentation et le bien-être, c’est quelque chose qui s’arrime très bien. Également, c’est très commode. Vous passez en magasin pour acheter du shampoing et vous ramassez quelques ingrédients pour le souper ou une collation pour le lendemain au lieu d’aller à l’épicerie », affirme M. Bouchard.

Une partie importante de la superficie des Pharmaprix sera désormais consacrée à la vente de denrées alimentaires.

Un marché en progression

« On a une grande variété de produits qui nous permet justement d’avoir une bonne proportion de nos ventes qui vient de là. C’est toujours en progression. On pense qu’il y a un excellent marché pour cela. » C’est la raison pour laquelle on offre des produits supplémentaires. On voit l’intérêt de la part des clients. »

Le montant total des investissements nécessaires à l’implantation du projet pilote n’a pas été dévoilé. Le type de formule déployée sera déterminé en fonction de l’espace disponible et des besoins de la clientèle.

« Ça fait longtemps que l’alimentation fait partie de notre offre commerciale. Les ventes de denrées alimentaires continuent à être en progression. Les clients apprécient énormément notre offre. C’est sûr qu’on ne vend pas la même quantité de produits que dans une épicerie traditionnelle, mais on peut très bien manger. On a de la viande, de la charcuterie et du fromage qui viennent ajouter de la valeur à notre offre alimentaire », a poursuivi le gestionnaire.

Le réaménagement des magasins, situés principalement dans la région métropolitaine, sera complété au début du mois de décembre.

Des points PC Optimum chez Esso

  • Le programme de fidélisation des Compagnies Loblaw, PC Optimum, remplace maintenant Aéroplan dans les stations-service Esso et Mobil partout au pays. Depuis hier, avec leur achat d’essence dans plus de 2000 stations-service au pays, les membres de ce programme peuvent accumuler plus de points. Pour chaque litre d’essence, les membres PC Optimum accumuleront 10 points qu’ils pourront échanger s’ils le désirent contre des rabais ou des récompenses. Le programme PC Optimum compte près de 13 millions de membres.