/news/politics
Navigation

Abandonné par Trudeau, le 24 Sussex coûte cher

L’entretien de la résidence officielle du PM coûte des centaines de milliers de dollars

Même si le premier ministre Justin Trudeau refuse de vivre au 24 Sussex, l’imposant bâtiment est toujours utilisé par des employés et des policiers, et il doit continuellement être entretenu et même défendu contre les parasites qui essayent d’y élire résidence.
Photo d’archives Même si le premier ministre Justin Trudeau refuse de vivre au 24 Sussex, l’imposant bâtiment est toujours utilisé par des employés et des policiers, et il doit continuellement être entretenu et même défendu contre les parasites qui essayent d’y élire résidence.

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Délabrée, à peine habitable et écartée par le premier ministre Justin Trudeau comme résidence officielle, la demeure du 24 Sussex continue tout de même à coûter plusieurs centaines de milliers de dollars aux contribuables canadiens pour son entretien. En attendant d’y effectuer des rénovations en profondeur estimées à plus de 10 millions $, le fédéral continue à entretenir du mieux qu’il peut l’immeuble, qui sert toujours aux employés du PM « 365 jours par année », selon la Commission de la capitale nationale (CCN). Le Journal vous présente ici quelques exemples de dépenses inusitées, nécessaires pour entretenir le terrain d’un hectare et demi et un bâtiment unique, grâce à des documents obtenus à la suite d’une demande d’accès à l’information.

Déneigement en continu

Les immeubles du 24 Sussex sont primordiaux pour le service de sécurité de la Gendarmerie royale du Canada et le personnel de la maison. De plus, le lieu constitue une certaine attraction touristique, ce qui fait que la CCN doit continuer à déneiger la propriété.

Durant les hivers 2016 et 2017, les opérations de déneigement et déglaçage ont coûté près de 15 000 $ annuellement sur la propriété de quatre acres, apprend-on dans un document de la CCN.

Une clôture « rustique » à 21 250 $

Étant donné l’aspect patrimonial et architectural du 24 Sussex, même installer une simple clôture ne se fait pas à petit prix. La CCN a dû dépenser plus de 21 000 $ pour l’installation d’une nouvelle clôture « rustique » qui s’agençait bien avec le décor.

« Cette clôture, érigée de façon à se fondre dans l’aménagement paysager et la végétation, fait partie d’un ensemble de mesures pour améliorer la sécurité sur cette propriété », indique le porte-parole de la CCN, Jean Wolff, qui a refusé d’en dire davantage pour ne pas « porter préjudice ».

Une piscine toujours utilisée

Même si la résidence du 24 Sussex n’est pas utilisée par le premier ministre, sa piscine serait une destination prisée.

Cela ne se fait pas sans frais. Entre avril 2016 et mars 2017, la CCN a déboursé au moins 7750 $ pour l’entretien hebdomadaire de cette piscine, selon une compilation du Journal.

Des chauves-souris dans la résidence

La résidence officielle du premier ministre du Canada a beau être une forteresse en matière de sécurité, elle n’est pas immunisée contre les invasions d’insectes, de parasites, de petits animaux et même de... chauves-souris.

Entre avril 2016 et mars 2017, la CCN a déboursé 840 $ pour le passage mensuel d’exterminateurs sur le terrain de la demeure et des immeubles connexes. Sans compter les interventions d’urgence, comme les 75 $ additionnels à la fin du printemps dernier pour se débarrasser d’un nid de guêpes.

Mais le plus étonnant est l’appel d’urgence lancé à la fin de l’été dernier pour dégager des chauves-souris qui avaient élu résidence dans un des immeubles du terrain. Le service a coûté 510 $.

S’il y a une présence récurrente de parasites près de l’immeuble, c’est à cause du parc Rockcliffe et des zones peuplées d’arbres à proximité, dit la CCN. « Cet environnement, obligatoirement, inclut la présence d’une faune diverse et parfois dense, qu’il faut gérer », explique M. Wolff.

– Avec la collaboration d’Émilie Bergeron, Agence QMI