/weekend
Navigation

Le rêve éveillé de Gabrielle Shonk

Gabrielle Shonk
Photo courtoisie, Louis Laliberté Gabrielle Shonk lors de son passage au Festif! de Baie-Saint-Paul

Coup d'oeil sur cet article

Gabrielle Shonk avait un rêve : celui de gagner sa vie avec la musique. Dix mois après le lancement de son premier album, l’auteure-compositrice et interprète vit actuellement les plus beaux moments de sa jeune carrière.

« C’est un rêve qui se réalise et j’ai les deux pieds en plein dedans. Je l’apprécie et j’exprime ma gratitude tous les jours », s’est réjouie la jeune femme de Québec, lors d’un entretien, il y a quelques semaines, avant de monter sur scène au Festif ! de Baie-Saint-Paul.

Dévoilée au grand public à l’hiver 2014, lors de son passage à l’émission La Voix, Gabrielle Shonk précise qu’elle n’a pas envie de faire autre chose dans la vie.

« J’espère pouvoir faire ça encore longtemps », a-t-elle indiqué.

Les choses vont bien pour la jeune femme depuis le lancement de sa première collection de chansons en octobre 2017. Il y a du mouvement et des étapes sont franchies.

Gabrielle Shonk a beaucoup été sur la route au cours des deux dernières années. Elle a donné ses propres spectacles, participé à des festivals, joué devant une énorme foule au Bluesfest d’Ottawa, en juillet 2017, en première partie de Pink et elle a fait le tour du Canada, l’hiver dernier, en première partie de la formation Dashboard Confessional.

Une série de 11 spectacles avec la formation emo de la Floride, avec des arrêts à Québec, Montréal, Toronto, Oshawa, Ottawa, London, Winnipeg, Saskatoon, Edmonton et Calgary.

« J’ai commencé à écrire de la musique en écoutant ce groupe. C’était comme la réalisation d’un rêve d’adolescence. C’était vraiment tripant et ce fut une expérience incroyable », a-t-elle indiqué.

Une deuxième famille

Gabrielle Shonk adore faire de la route avec sa formation constituée de Pierre-Emmanuel Beaudoin (batterie), Jessy Caron (guitare), Gabriel Desjardins (claviers), Cédric Martel (basse) et Simon Pedneault (guitare).

Elle se produira sur la scène principale du Regina Folk Festival, le 11 août, où défileront les Walk Off The Earth, Tanya Tagaq, Neko Case, Bruce Cockburn et Michael Franti & Spearhead. Elle donnera une deuxième prestation, le lendemain, sur une plus petite scène.

« Les gars de mon band, c’est comme ma deuxième famille et mes meilleurs amis. C’est vraiment le bonheur total d’être sur la route avec eux », a-t-elle fait remarquer.

En création

L’auteure-compositrice et interprète a beaucoup chanté dans les bars et les restaurants à l’époque où elle faisait des reprises en début de carrière. C’est à partir de janvier 2017 qu’elle s’est lancée à temps plein dans la composition. Elle a signé un contrat avec l’étiquette Universal.

Est-ce que les choses se déroulent comme elle l’avait imaginé ?

« Tout le monde, honnêtement, avait plus d’attentes que moi. L’album est vraiment bien reçu et j’ai l’impression que ça bouge et que ça se passe. Je suis vraiment contente et j’essaie de rester terre à terre dans tout ça. Je ne m’envole pas dans les grosses affaires. Je suis une fille comme ça. Ça fait partie de ma personnalité », a-t-elle fait savoir.

Gabrielle Shonk a commencé à travailler sur de nouvelles compositions. Elle intègre même une ou deux nouvelles pièces dans ses spectacles.

« Je crée sans aucune attente et on va voir ce que ça va donner. Il est beaucoup trop tôt pour parler de direction pour l’instant. Je ne peux pas dire où ça s’en va, parce que je ne le sais pas encore », a-t-elle lancé en riant.

Il n’y a pas d’échéancier fixé, non plus, pour une éventuelle parution. Son premier album, qui porte le titre de Gabrielle Shonk, n’a même pas encore un an.


►Gabrielle Shonk sera en spectacle au Moulin du Portage, dans Lotbinière, le 24 août et à l’Auberge La Fascine, à L’Isle-aux-Coudres, le 25 août.