/sports/others
Navigation

24 heures du Lac Archibald: montant record dans la fournaise

Les 24 Heures du Lac Archibald amassent 150 000 $

Coup d'oeil sur cet article

Le défi des 24 Heures du Lac Archibald a une fois de plus repoussé les limites de l’excellence pour sa 13e édition qui a pris fin dimanche après-midi en remettant un montant record aux quatre organismes que chapeaute l’événement.

« Je suis fatigué, mais ça va. On a amassé 150 000 $, ce qui est notre plus grosse somme jamais récoltée ! » a lancé l’organisateur Philippe Canac-Marquis, dont la voix témoignait de son manque de sommeil. Lui-même a mis l’épaule à la roue en se tapant 65 km à vélo tout en coordonnant les opérations autour du lac Beauport.

Tous les fonds seront redistribués à Rêves d’Enfants, à la Fondation québécoise du cancer, à la Fondation Cité-Joie et au Club Rotary Québec-Charlesbourg.

Ce sont 225 participants avec leurs équipes respectives, de même que 365 personnes dans le volet « Marcheur d’un tour », deux autres records, qui ont contribué au succès de ce 13e rendez-vous en dépit de la forte chaleur.

« C’est extraordinaire qu’autant de personnes soient venues donner 1 h 30 de leur temps [pour le marcheur d’un tour]. C’était tellement chaud que c’était difficile à gérer », a reconnu M. Canac-Marquis.

Une communauté active

Comment expliquer le succès continuel de cet événement ? Le sportif a sa petite idée. « Tout le monde est actif, à Lac-Beauport, et on touche à quelque chose en ayant un volet sportif. Il y a des participants qui ont décidé de créer leur équipe après s’être retrouvés sans équipe ! »

Comme par les années passées, certains des participants n’ont pas hésité à tester leur endurance au maximum en bougeant sans arrêt durant la totalité de la durée du marathon caritatif. Cette année, trois cyclistes et neuf marcheurs sont entrés dans ce club sélect. « C’est l’équivalent de faire 121 km, soit de se rendre jusqu’à Trois-Rivières », a illustré l’organisateur.

Même si la prochaine édition n’est que dans un an, Philippe Canac-Marquis a déjà des plans en tête pour bonifier l’offre.

« Je caresse le rêve d’avoir un volet pour le vélo de montagne. Je ne sais pas si c’est réalisable sur une durée de 24 heures dans le bois et dans le noir pour la sécurité. Lac-Beauport est la Mecque du vélo de montagne et je suis convaincu qu’on irait chercher du monde », a-t-il expliqué.