/news/currentevents
Navigation

Consternation après un accident de VTT

Coup d'oeil sur cet article

Les responsables de la zone d’exploitation contrôlée (ZEC) Jaro, en Beauce, aimeraient pouvoir agir davantage en matière de sécurité après la mort, pour la deuxième fois en deux ans, d’un conducteur de véhicule tout terrain (VTT) sur leur territoire.

La Sûreté du Québec a confirmé dimanche que l’homme gravement blessé dans une embardée à VTT, samedi soir, sur le territoire de la ZEC Jaro à Saint-Théophile, n’a pas survécu.

André Leblanc, un résident de Québec de 57 ans, aurait perdu la maîtrise de l’engin dont il avait les commandes dans une pente. Il était en compagnie d’une femme dans la cinquantaine, dont l’identité n’a pas été dévoilée, quand leur véhicule s’est renversé, vers 17 h.

D’après le président de la ZEC Jaro, Gaétan Giguère, l’accident s’est produit dans un chemin forestier non balisé situé près du lac des Cygnes. C’est la passagère qui, ayant subi des blessures moins importantes, a contacté le 911 avec son cellulaire. Elle avait une jambe écrasée par l’engin.

Peu de contrôle

Le directeur général de l’endroit, Gilles Paquet, n’a pas caché sa stupéfaction, alors qu’un drame similaire s’est produit il y a un an à peine.

« Ça me coupe les deux jambes », lance-t-il au Journal. Un homme dans la trentaine avait lui aussi trouvé la mort au cours d’une nuit pluvieuse en juin 2017, après une fausse manœuvre à VTT.

Bien que les circonstances de l’accident de samedi laissent croire à une « simple maladresse », le directeur général fait remarquer que les responsables de territoires comme le sien ont peu de contrôle sur les amateurs de VTT qui leur rendent visite.

« On est des territoires publics et on ne peut pas intervenir de manière aussi efficace qu’on l’espérerait, parce qu’on n’a pas la loi de notre bord », affirme M. Paquet.

Il ajoute que ses employés sont souvent témoins d’infractions comme la conduite d’un VTT sous l’âge légal de 16 ans, la vitesse ou le non-port du casque, alors que leur pouvoir d’action se limite à de simples avertissements.

« Il faudrait que la SQ soit plus présente encore sur le territoire, mais ils ont leur job à faire aussi, et couvrir un territoire comme le nôtre qui est assez vaste, en plein bois, tu ne peux pas tout le temps être présent », reconnaît-il.

Prévention

La ZEC Jaro précise qu’elle fera des efforts supplémentaires en matière de prévention à la lumière du triste événement survenu samedi.

« On va sensibiliser nos membres vraiment beaucoup à la sécurité, à faire attention et à ne pas sortir des sentiers », mentionne Gaétan Giguère.