/news/currentevents
Navigation

Les Hells s’invitent au Beachclub

Des motards ont conclu leur grande réunion annuelle au Québec en dansant parmi les fêtards à la plage

Les motards étaient identifiés à leur arrivée sur place par les nombreux policiers présents autour du Beachclub.
Photo Martin Alarie Les motards étaient identifiés à leur arrivée sur place par les nombreux policiers présents autour du Beachclub.

Coup d'oeil sur cet article

POINTE-CALUMET | Une vingtaine de Hells Angels et de sympathisants se sont présentés dimanche au Beachclub de Pointe-Calumet où ils ont été escortés par un agent de sécurité vers la tente géante qu’ils avaient réservée en plein cœur des installations.

C’est dans une ambiance festive, à quelques pas de la scène sur laquelle se produisait le DJ Zomboy, que les motards ont conclu leur grande réunion annuelle, le Canada Run, qui se tenait à Saint-Charles-sur-Richelieu, en Montérégie.

Un important dispositif policier avait été mis en place autour du club des Laurentides. Une trentaine d’agents de l’Escouade régionale mixte Rive-Nord, de la Sûreté du Québec, de la police municipale de Deux-Montagnes et du Service de police de Montréal étaient présents.

C’est sous une imposante tente que les motards et leurs sympathisants ont profité du spectacle.
Photo Martin Alarie
C’est sous une imposante tente que les motards et leurs sympathisants ont profité du spectacle.

Avec ou sans patchs

Les premiers membres du groupe de motards se sont présentés vers 15 h.

Les hommes qui ne portaient pas de patchs, mais des chaînes et des t-shirts à l’effigie des Hells ont été accueillis à leur arrivée au club par un membre du service de sécurité qui les a ensuite accompagnés vers leur tente, a constaté Le Journal.

Quelques dizaines de minutes plus tard, plusieurs motards arborant des patchs de l’Alberta ont rejoint leurs collègues, n’hésitant pas à se mêler à la foule pour profiter du spectacle.

Selon nos informations, en milieu d’après-midi, trois Hells de l’Ontario et au moins autant de l'Alberta avaient été repérés sur place par les autorités. En fin de journée, la tente des Hells et de leurs sympathisants abritait une vingtaine de personnes.

Parmi eux, Jonathan Cloutier, un représentant du club-école des Demons Choice basé sur la Rive-Sud, a retenu l’attention des autorités par son comportement.

Jonathan Cloutier, un représentant du club-école des Demons Choice (photographié de dos) a attiré l’attention des autorités en assistant les membres des Hells présents.
Photo Martin Alarie
Jonathan Cloutier, un représentant du club-école des Demons Choice (photographié de dos) a attiré l’attention des autorités en assistant les membres des Hells présents.

Tout au long de l’après-midi, il semblait se plier à toutes les demandes du groupe pour rester dans leurs bonnes grâces, nous a-t-on confié.

« C’est à peine s’il ne leur débouchait pas la bière », a glissé une source policière au Journal.

Cloutier est un ancien prospect des Red Devils, un autre groupe affilié aux Hells. Il détenait aussi une franchise Vapeking à Mirabel en 2016.

Plusieurs de ces magasins de produits de vapotage sont liés aux Hells. L’un d’eux appartient notamment à Robert Lecompte, qui a relancé le chapitre de Montréal après l’opération SharQc.

Le local du chapitre South où se tenait le Canada Run ce week-end appartient à son fils Richard Dion Lecompte.

Accueil chaleureux

En plus d’un accueil chaleureux, les motards ont bénéficié au Beachclub de la protection attentive du service de sécurité.

Ainsi, après qu’un motard eut approché le représentant du Journal en lui reprochant d’avoir photographié des membres du groupe, un agent de sécurité est venu le seconder, menaçant de nous expulser si les photos n’étaient pas effacées sous ses yeux.

Questionné par Le Journal, le propriétaire du Beachclub Olivier Primeau a fait savoir par l’entremise de la porte-parole du club, Raphaëlle Harvey, qu’il avait appris vendredi dans Le Journal la visite prévue des motards.

Il a expliqué n’avoir adopté aucune disposition particulière, indiquant que le Beachclub collabore toute l’année avec la police municipale de Deux-Montagnes pour assurer la sécurité des lieux.

En ce qui concerne l’accueil cordial et la garde rapprochée assurée par le service de sécurité du club aux motards, Mme Harvey n’a pas commenté.