/opinion/columnists
Navigation

Message clair et simple

Coup d'oeil sur cet article

Paru hier dans Le Journal, le titre de l’entrevue accordée par Jean-François Lisée à mon collègue Rémi Nadeau donne l’impression que le chef du Parti québécois est devenu suicidaire. Surtout quand on se trouve à 20 % dans les sondages !

« Des baisses d’impôt et de taxes seraient néfastes, croit Lisée », qui accuse ses adversaires François Legault et Philippe Couillard de chercher à acheter des votes avec leurs promesses de soulager le portefeuille des Québécois.

Est-ce que le député de Rosemont est tombé sur la tête ? Comment peut-on critiquer des mesures aussi populaires auprès de plusieurs électeurs ? Ça ne dérange pas Jean-François Lisée, parce que ce n’est pas à eux qu’il parle.

Divisés

De sondage en sondage, on constate que les gens sont divisés en deux camps de tailles à peu près égales entre ceux qui favorisent d’abord une diminution des charges fiscales et ceux qui souhaitent plutôt une amélioration des services publics. Or, la CAQ et le PLQ se séparent déjà le premier groupe et courtisent le second en prétendant chacun à leur façon qu’on peut tout faire en même temps.

On dira que le PQ chasse sur les terres de QS, un parti qui reste marginal. Demeure que la proportion de citoyens qui priorisent les services est probablement plus élevée que le 30 % qu’ils ont ensemble.

En outre, le PQ se fait accuser depuis plusieurs élections d’être une pâle copie des libéraux lorsqu’il ne promet pas la tenue d’un référendum. Avec ce positionnement, Lisée ancre fortement l’identité de son parti dans un message clair et simple.

Cynisme

Ajoutons que cela correspond à la stratégie « no bullshit » que les péquistes ont choisie pour leur campagne de publicité d’autodérision. C’est le genre de discours que les électeurs prétendent rechercher.

Reste désormais à voir si les promesses de baisse d’impôt leur feront oublier leur cynisme habituel.