/sports/football/rougeetor
Navigation

Un invité de marque à l’entraînement

L’entraîneur de la NFL, Jim Herrmann, prodigue ses conseils aux secondeurs de l’équipe cette semaine

Les joueurs du Rouge et Or, dont Alec Poirier (34), ont pu profiter des conseils et de l’expérience de l’entraîneur de la NFL Jim Herrmann.
Photo Annie T. Roussel Les joueurs du Rouge et Or, dont Alec Poirier (34), ont pu profiter des conseils et de l’expérience de l’entraîneur de la NFL Jim Herrmann.

Coup d'oeil sur cet article

Vainqueur du Super Bowl en 2011 comme entraîneur-adjoint avec les Giants de New York, Jim Herrmann partage ses connaissances l’instant d’une semaine avec les secondeurs du Rouge et Or de l’Université Laval.

La présence du coach qui gravite dans le monde du football depuis 38 ans sans compter ses années comme joueur est un cadeau pour les joueurs et les entraîneurs des finalistes de la Coupe Vanier.

« Je suis ici pour aider quelques gars, a souligné Herrmann qui a fait ses débuts dans la NFL avec les Jets de New York de 2006 à 2008 avant de se joindre aux Giants jusqu’en 2015. Les jeunes aiment le football et étudient le football. J’espère que je ne gâcherai pas leur attitude. »

« Le plus important que tu peux enseigner aux joueurs est de leur faire découvrir des détails qui feront une différence, de poursuivre l’entraîneur-adjoint par excellence aux États-Unis en 1997 et lauréat du trophée Frank Broyles. Quelle mécanique utiliser lors d’un plaqué à champ ouvert ; quelques conseils en situation de pression sur le quart-arrière ; qu’est-ce que le quart-arrière fait quand il se prépare à effectuer une passe du côté gauche. Même chose du côté droit. C’est certain que les joueurs ne retiendront pas tout, mais ça va être un succès même s’ils ne retiennent qu’une chose. »

« Parce que je ne suis pas familier avec le football canadien, j’apprends moi aussi des choses, de poursuivre celui qui a aussi dirigé les secondeurs des Colts d’Indianapolis en 2016 et 2017. Les couvertures de Marc (Fortier) sont différentes et je dois aussi me familiariser avec les mouvements. Je vais repartir avec de bonnes idées. »

Une passion qui ne s’éteint pas

Après 38 ans dans le coaching, Herrmann est toujours aussi passionné. « En 38 ans, il n’y a pas une seule journée où j’ai travaillé, a-t-il résumé. J’ai eu 38 ans de plaisir. Je vais être impliqué quelque part à l’automne, mais je ne peux pas vraiment en parler pour le moment. »

Les Jaguars de Jacksonville ont demandé la permission aux Colts de recevoir Herrmann en entrevue pour le poste de coordonnateur défensif au terme de la saison 2017, mais ces derniers ont refusé. Quelques mois plus tard, il a été remercié. Herrmann a une très haute estime du vice-président des Jaguars Tom Coughlin qui dirigeait les Giants pendant son passage dans la grosse pomme.

Herrmann connaît Glen Constantin depuis près de 30 ans. « On s’est connu quand je recrutais à Montréal quand j’étais coordonnateur défensif (1997 à 2005) à Michigan, a-t-il raconté. Glen a travaillé à mon école de football. Nous sommes devenus de bons amis et nous sommes toujours demeurés en contact. Comme à Alabama et à Michigan, les joueurs à Laval aiment le football, leurs entraîneurs et leurs coéquipiers. C’est pour ces raisons que les grands programmes connaissent du succès. Ces équipes n’ont pas toujours le plus de talent, mais elles gagnent en raison de ces détails. »

Des secondeurs gâtés sur le terrain

Les secondeurs apprécient leur expérience auprès de l’entraîneur invité Jim Herrmann.

« Il est humble et il veut nous aider, a souligné le secondeur extérieur Kean Harelimana. Il a encore la passion du football. C’est incroyable, ses connaissances. Nous sommes comme des éponges. Il utilise des exemples concrets qui sont faciles à mettre en application.

« Coach Herrmann est une banque de données et on peut voir notre progression au fil des jours, poursuit le produit des Cheetahs de Vanier. Il m’a pris sous son aile et on se parle beaucoup. »

Si les joueurs sont heureux de côtoyer le vétéran entraîneur, il en va de même pour Cédric Cotar.

« Jim est comme une énorme bibliothèque, a imagé l’entraîneur des secondeurs du Rouge et Or. On n’a pas besoin de chercher dans les rayons, il possède toutes les réponses. C’est très enrichissant. Parce que tous les gars rêvent d’évoluer chez les pros un jour, les joueurs sont très réceptifs aux consignes d’un ancien entraîneur de la NFL. Après son départ, je vais pouvoir ramener certaines choses. »

« Il y a des liens entre nous deux, ajoute Cotar. Coach Herrmann connaît tous les anciens entraîneurs qui m’ont dirigé dans la NFL Europe. Je suis un ancien du Vieux Montréal et coach Herrmann connaît bien Marc Santerre qui recrutait pour lui au Canada à l’époque où il dirigeait les Spartiates, et Jim était coordonnateur défensif à Michigan. »

Davantage à l’aise

À sa deuxième saison, Harelimana voit une bonne différence avec sa campagne recrue. « Je suis beaucoup plus à l’aise, a-t-il indiqué. Je peux aussi prendre plus de leadership. J’ai de grandes attentes. Même si je suis partant au camp et que j’ai vu pas mal de terrain l’an dernier en raison de l’absence de Cédric (Lussier-Roy), je ne m’assois pas sur mes lauriers. Nous avons un bon groupe de secondeurs avec d’excellentes recrues qui se sont greffées à l’équipe. »