/elections
Navigation

François Ouimet largué au profit d’Enrico Ciccone

Il avait pourtant l’assurance de son chef qu’il serait candidat libéral

Coup d'oeil sur cet article

Philippe Couillard a renié sa parole et largué le vétéran libéral François Ouimet au nom de l’intérêt supérieur du Parti libéral du Québec.

« C’est une décision difficile et douloureuse, mais les circonstances ont changé, le nombre de candidatures de qualité a augmenté, et pour assurer le succès de mon équipe je me dois de présenter une équipe qui est à la fois expérimentée et renouvelée, a plaidé mercredi le premier ministre. Ma parole vaut beaucoup ! »

Le député Ouimet s’est senti trahi. Très ému, peinant à retenir ses larmes, l’élu de Marquette s’est dit blessé de la manière dont sa formation politique l’a traité, après avoir représenté les couleurs libérales à l’Assemblée nationale pendant 24 ans.

« Le PM m’a regardé dans les yeux, m’a serré la main et m’a réitéré sa confiance de vive voix en mai dernier, en me disant : “ne t’inquiète pas, je ne te jouerai pas de tour, je vais signer ta lettre de candidature”. J’ai pris sa parole », s’est-il remémoré, en conférence de presse au Parlement.

Contre toute attente, on lui a annoncé mardi, la veille de son investiture, qu’il n’était plus dans les plans du PLQ.

Vous avez quel âge, M. Ouimet ? « Je suis trop vieux. J’ai 58 ans », s’est désolé l’élu libéral, sacrifié sur l’autel du renouveau.

Une ligne d’attaque contre Legault

Il soupçonne que son éviction vise à offrir une ligne d’attaque au PLQ contre le chef caquiste, qui trône en tête des sondages. Le député Ouimet écarté, François Legault devient le doyen de l’Assemblée nationale, ce que les troupes de Philippe Couillard ne manqueront pas de rappeler à ceux qui veulent positionner la CAQ comme le parti du changement.

Philippe Couillard a rejeté du revers de la main cette théorie. « Ça n’a jamais même passé par mon esprit. Ça serait assez triste de prendre des décisions comme ça », a-t-il insisté, en marge d’une annonce de 863 millions $ pour soutenir la compétitivité des entreprises, qui a été complètement éclipsée.

Véritable bastion libéral, la circonscription de Marquette comprend notamment la municipalité de Dorval et l’arrondissement de Lachine.

Il s’agit surtout d’un comté sûr pour une candidature d’envergure. C’est le candidat vedette et ancien joueur de hockey Enrico Ciccone qui portera les couleurs du PLQ en vue du scrutin du 1er octobre prochain.

La CAQ attaque

Les adversaires sont aussitôt passés à l’offensive. Le premier ministre a renié sa parole envers un de ses députés, a soutenu le député caquiste Simon Jolin-Barrette, en entrevue avec notre Bureau parlementaire. « Lorsqu’on donne sa parole en politique, il faut la respecter. Honnêtement, les Québécois ne peuvent pas avoir confiance en M. Couillard », a-t-il renchéri.