/news/currentevents
Navigation

Le plus grand labyrinthe au monde est à La Pocatière

Sa superficie équivaut à 128 patinoires

On peut voir dans le labyrinthe une image d’un wagon du métro de Montréal MR-73, le premier contrat de fabrication de Bombardier La Pocatière.
Photo courtoisie On peut voir dans le labyrinthe une image d’un wagon du métro de Montréal MR-73, le premier contrat de fabrication de Bombardier La Pocatière.

Coup d'oeil sur cet article

SAINTE-ANNE-DE-LA-POCATIÈRE | Un labyrinthe fabriqué dans un champ de maïs dans le Bas-Saint-Laurent devient le plus grand au monde pour sa cinquième année d’activité.

Le Grand labyrinthe Servlinks 2018 situé à Sainte-Anne-de-la-Pocatière est grand comme 128 patinoires, comparativement à 72 patinoires l’an dernier.

Pour agrandir et devenir le plus grand au monde, selon les recherches du promoteur, le labyrinthe a été déménagé dans un champ du 2e Rang de la petite municipalité.

Luc Pelletier le fabrique de façon « artisanale » à partir d’un plan sur un fichier Excel et armé d’un coupe-herbes.

« C’est plus valorisant selon moi de le faire soi-même, de le suer à grosses gouttes, particulièrement cette année où il a fait très chaud », souligne M. Pelletier.

On peut voir dans le labyrinthe une image d’un wagon du métro de Montréal MR-73, le premier contrat de fabrication de Bombardier La Pocatière.
Photo courtoisie

Divisé en cinq parties

Le labyrinthe est divisé en cinq parties cette année, dont un minilabyrinthe pour les enfants, où les jeunes peuvent se perdre pendant environ 15 minutes.

Trois parties sont actuellement accessibles, une quatrième est en évolution et une cinquième, en forme de spirale, est en fabrication. Les visiteurs peuvent donc y retourner plus d’une fois jusqu’au 31 octobre.

Les premiers courageux qui ont affronté le labyrinthe ont réussi à passer au travers en environ deux heures. Des sorties de secours permettent d’abréger les parcours au besoin.

Le labyrinthe vu de l’intérieur dans le champ de maïs.
Photo courtoisie
Le labyrinthe vu de l’intérieur dans le champ de maïs.

Un dessin de wagon de Métro

Le promoteur a décidé cette année de faire un clin d’œil à l’entreprise Bombardier La Pocatière en y dessinant un wagon du métro de Montréal MR-73, le premier contrat de l’entreprise dans les années 1970.

« L’an passé, j’avais fait le mot Kamouraska avec un cœur à la place du mot Amour. Je voulais proposer quelque chose de nouveau et ce clin d’œil s’est imposé. C’était le premier contrat de Bombardier ici, à La Pocatière, et les travailleurs actuels sont en train de les renouveler [les wagons] », a dit Luc Pelletier.

On peut voir dans le labyrinthe une image d’un wagon du métro de Montréal MR-73, le premier contrat de fabrication de Bombardier La Pocatière.
Photo courtoisie

En 2017, 17 300 braves ont parcouru le labyrinthe et M. Pelletier espère qu’ils seront 25 000 cette année, d’autant plus qu’il a ouvert ses portes plus tôt, soit le 30 juillet.

Par la suite, le promoteur planche sur un projet de labyrinthe dans la neige pour l’hiver 2019-2020.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.