/finance/news
Navigation

Éviter les placements risqués pour payer vos projets de vie

2154
Illustration Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Philippe nous a récemment exposé une situation qui perturbe son sommeil. Je vous la présente, car elle rejoint des préoccupations communes à de nombreux ménages.

« Ma conjointe et moi sommes dans la jeune trentaine. Nous voulons acheter notre première propriété d’ici 6 mois. Nous possédons un bon montant de côté dans des FNB via une plateforme “robot-conseiller”. On se demande si, avec l’incertitude boursière, il ne serait pas mieux de retirer nos fonds pour les placer de manière sécuritaire? »

Ma réponse est simple : absolument. Sortez de là au plus vite. Je suis même très surpris d’apprendre qu’on vous a laissé faire ces investissements sachant que vous pouvez devoir retirer le capital à court terme. Les FNB sont des instruments parfois plus risqués que les fonds traditionnels. Ils exposent vos économies à la loi de la jungle du marché boursier. Les plus forts l’emportent sans faire dans la dentelle.

Pas plus tard qu’hier, un ami qui souhaitait investir 25 000 $ pendant moins de 2 ans me demandait quel fonds d’action devait-il choisir. Je lui ai répondu : « Au rachat, combien aimerais-tu recevoir, 20 000 ou 18 000 $ ? »

Présentement, les gros indices à la base des fonds négociés indiciels à la mode sont gonflés à bloc. Les ratios qui mesurent la cherté du marché atteignent des sommets historiques. Certaines sociétés dominantes des indices Nasdaq et S&P500 ont des ratios cours/bénéfices supérieurs à 200. Considérant le prix de l’action et les faibles bénéfices, un investisseur retrouvera son capital dans... 200 ans.

Court, moyen ou long terme ?

Lorsque nos besoins de capitaux sont INCERTAINS ou encore pour un projet à concrétiser d’ici 24 mois : il s’agit d’un horizon à court terme. Inutile de tenter de déjouer le marché. Nous sommes en fin de cycle économique et le vent peut changer de direction assez vite. Dans pareille situation, on ne fait pas d’investissement, MAIS de l’épargne. Vos capitaux doivent être disponibles rapidement sans pénalité et ne pas être exposés à une grande volatilité. Si vous pouvez en supporter un peu, à la limite les portefeuilles de revenus pourraient convenir.

Un horizon compris entre 2 et 5 ans est à mon avis du moyen terme. Les investissements à volatilité modérée peuvent être envisagés. Si votre décaissement est plutôt prévu dans plus de 5 ans, les portefeuilles équilibrés et dynamiques peuvent faire l’affaire.

Conseils

  • La technologie est un des rares secteurs économiques encore en progression et il est extrêmement volatile
  • En 2018, Facebook, Amazon, Alphabet (Google), Apple et Netflix sont responsables de 97 % des gains du S&P500
  • La gestion active et le style valeur offrent une plus grande protection du capital en cas de correction boursière
  • Si vous avez besoin de vos économies d’ici 2 ans, tenez-vous loin des indiciels
  • Pour des besoins à court terme, optez pour les comptes bancaires virtuels à haut rendement (Manuvie, EQB, ou Alterna)

► Fabien Major, MBA, Adm.A. est l’associé principal de Major Gestion Privée inc. succursale de Gestion de patrimoine Assante ltée à Outremont.