/elections
Navigation

Il remet son arme avant de se présenter pour la CAQ

L’image du SPVM Ian Lafrenière troque son uniforme pour la politique

Coup d'oeil sur cet article

Ian Lafrenière, sans doute le policier le plus connu au Québec après avoir été le visage de la police de Montréal au cours des 20 dernières années, confirmera mardi qu’il sera candidat pour la Coalition avenir Québec (CAQ).

Muet malgré les rumeurs qui couraient depuis des semaines, il en fera l’annonce officielle en après-midi aux côtés du chef du parti, François Legault. Plusieurs autres candidats caquistes sur la Rive-Sud sont aussi attendus à Longueuil pour l’occasion.

M. Lafrenière y briguera d’ailleurs les suffrages dans la circonscription de Vachon.

Journée d’émotions

La présence de nombreuses petites familles et de militaires de la garnison de Saint-Hubert ne serait pas étrangère à ce choix. Lui-même père de deux jeunes enfants, le policier de 46 ans œuvrait également en parallèle au sein de la réserve des Forces armées canadiennes depuis plusieurs années.

Comme la loi l’exige, l’inspecteur Lafrenière a dû rompre ses liens avec le corps policier montréalais avant de faire le saut en politique. Il a ainsi remis son arme de service lundi après-midi, devenant du coup en congé sans solde jusqu’à sa retraite prévue l’an prochain.

Plus tôt dans la journée, le directeur Martin Prud’homme, qui l’avait renommé à la tête des communications à son arrivée en décembre 2017, lui a remis un cadre en cadeau pour souligner son travail.

24 ans de service

Après 24 ans de service au SPVM, dont deux décennies aux communications, cette dernière journée en uniforme fut « plus émotive que prévu », a confié le nouveau candidat.

« J’avais sous-estimé ma réaction. J’ai oublié plein de choses tout au long de la journée », a raconté M. Lafrenière, pourtant reconnu pour maîtriser pleinement ses dossiers.

À titre de chef des communications, il a d’ailleurs souvent été propulsé à l’avant-plan, notamment lorsque le SPVM était secoué par d’incessantes crises ces dernières années.

Au cours de la crise étudiante de 2012, il avait aussi dû s’adresser aux médias presque quotidiennement tandis que les manifestations se multipliaient et prenaient de l’ampleur à Montréal, donnant lieu à des affrontements répétés avec les autorités.

Cette présence constante sur les tribunes lui a d’ailleurs valu des menaces à quelques reprises.

Courtisé depuis deux ans

Selon nos informations, la CAQ courtisait Ian Lafrenière depuis l’été 2016.

À l’époque, il avait été tassé cavalièrement de la direction des communications du SPVM par l’ancien chef Philippe Pichet. L’affaire avait fait les manchettes et les stratèges caquistes avaient tenté de lui vendre l’idée de se présenter à une élection partielle.

Après avoir longtemps réfléchi, il aurait finalement accepté de se lancer au terme d’une rencontre avec M. Legault l’automne dernier.

En sautant dans l’arène politique provinciale, M. Lafrenière suit les traces d’autres policiers, notamment Robert Poëti, Guy Ouellette et Jacques Duchesneau.


La circonscription de Vachon est un château fort péquiste depuis 1994. Martine Ouellet y a remporté la dernière élection, mais siégeait comme indépendante depuis qu’elle a pris la direction du Bloc québécois à Ottawa.