/news/politics
Navigation

Jean Charest critique le PLQ

Il constate que Philippe Couillard a laissé filer la marque de l’économie à la CAQ

Jean Charest reproche à Philippe Couillard d’avoir laissé filer le thème de l'économie à la CAQ.
Photo Annie T.Roussel Jean Charest reproche à Philippe Couillard d’avoir laissé filer le thème de l'économie à la CAQ.

Coup d'oeil sur cet article

Critiquant le nouveau slogan de campagne du Parti libéral du Québec, Jean Charest reproche à Philippe Couillard d’avoir laissé filer le thème de l’économie, alors qu’il s’agissait selon lui d’une marque de commerce libérale.

«Si on n’associe pas suffisamment l’économie au gouvernement libéral actuel, c’est peut-être parce qu’ils n’en ont pas parlé suffisamment [...]», a observé l’ex-premier ministre du Québec, dans une entrevue avec son ex-vice-première ministre devenue animatrice radio, Nathalie Normandeau.

M. Charest a rappelé que «l’importance du développement économique» au cœur du discours libéral «remonte à loin».

«Ça remonte à Robert Bourrassa», a-t-il continué sur les ondes de BLVD 102,1, lundi midi.

«Lorsqu’on a un branding [celui de l’économie] qui n’est pas juste un mot, mais qui est collé sur la réalité, il faut que ça se traduise dans les faits, les gestes puis dans le discours», a dit M. Charest. «[...] Le jour où on perd le fil, bien là, les autres peuvent saisir l’occasion pour dire: “bien là, c’est nous qui allons être le parti de l’économie”.»
 
Un nouveau slogan «intriguant»
 
Rappelons que François Legault pose depuis quelques jours derrière le slogan «un premier ministre économique». Les libéraux de Philippe Couillard ont de leur côté décidé de miser sur la formule «Pour faciliter la vie des Québécois».

«C’est plutôt long», a commenté M. Charest, en ajoutant qu’il s’agit d’un slogan «un petit peu intriguant».

«C’est une formule différente de ce qu’on a vu dans le passé», a déclaré l’ex-chef libéral, qui par le passé, a fait campagne sous les thèmes «Pour un Québec plus fort» (1998), «Nous sommes prêts» (2003), «Unis pour réussir» (2007),

«L’Économie d’abord. OUI» (2008) et «Pour le Québec!» (2012).
 
Ouimet largué: «étonnant», dit l’ex PM
 
Celui qui a dirigé le PLQ de 1998 à 2012 trouve aussi «étonnant» que le député libéral de Marquette, François Ouimet, un homme politique qu’il «connaît depuis longtemps», ait été largué à la dernière minute par Philippe Couillard pour faire place à Enrico Ciccone.

M. Charest a dit de M. Ouimet qu’il était un député «très efficace», «aimé des gens de son comté et puis qui livrait». Interrogé à savoir si cela nuirait à M. Couillard, «difficile de le dire, mais ça n’aide pas», a rétorqué l’ex-premier ministre.

«Ça laisse une impression qu’il y a de l’improvisation de part et d’autre, et ça, ce n’est jamais bon.», a-t-il continué.

« On est prêt à aller en campagne, a réagi M. Couillard en marge d’une réunion avec ses candidats à Scott. On est le parti de l’économie et des finances publiques [...], mais aussi, celui qui peut aller dans la vie des gens pour la rendre meilleure. »

Du «magasinage» jamais vu


M. Charest a aussi commenté le «magasinage» des partis et des candidats comme celui auquel s’est prêtée la PDG du CHU de Québec, Gertrude Bourdon.

«Ça, je n’ai jamais vu ça. [...] Je me suis fait dire qu’elle était davantage péquiste, puis là maintenant avec la CAQ... En discussion avec les libéraux. Avouons que pour faire le tour du triangle comme ça il faut être versatile.»

À moins de trois jours du déclenchement des élections générales, Jean Charest prédit que le Parti québécois «va dépasser les attentes» et que «Manon Massé va gagner le débat des chefs».