/finance/business
Navigation

Des bières de microbrasserie dans des avions

Des bières de microbrasserie dans des avions
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Pour la première fois au Québec, des bières de microbrasserie ont réussi à conclure une entente avec un transporteur aérien.

La TUK de l'entreprise Vagabond et la TAP de Boldwin, brassées exclusivement pour la ligne aérienne Nolinor en l’honneur de leurs premiers appareils, sont devenues les premiers produits micro-brassicoles québécois à se retrouver disponible en avion.

« La plupart des grandes compagnies aériennes ont bien souvent des contrats béton avec les brasseries commerciales, explique Olivier Bouvrette, fondateur de la microbrasserie Vagabond. Cependant, ça ne m’étonnerait pas que plusieurs lignes d’aviation emboîtent le pas dans un futur proche ».

Une idée à l’interne

L’idée a pris forme en 2017 alors que Serge Champagne, directeur de l’approvisionnement chez Nolinor, sirotait une bière dans une microbrasserie. « Je trouvais dommage que les produits artisanaux brassicoles d’ici, qui sont en pleine effervescence, ne soient pas disponibles dans les avions », raconte l’homme de 55 ans.

Ce dernier a donc lancé l’idée à son patron, qui lui a donné son aval pour aller de l’avant avec le projet. « Je trouvais qu’il s’agissait d’un projet ambitieux, mais lorsqu’un employé formule une idée comme celle-là, nous sommes toujours heureux de l’encourager », se rappelle Marco Prud’homme, vice-président de Nolinor Aviation.

L’initiative tombait également à point, puisque la compagnie aérienne éprouvait certaines difficultés depuis quelques années auprès de leurs fournisseurs des grandes brasseries commerciales. « Nous ne sommes pas un assez gros client pour demander des spécificités dans nos commandes de bière, souligne Serge Champagne. Avec les microbrasseries, le contact est beaucoup plus direct, plus humain ».

Mettre les brasseries sur la carte

Bien que les vols offerts par Nolinor soient tous des vols nolisés, les déplacements de ceux-ci au travers de l’Amérique du Nord permettront de faire découvrir les produits micro-brassicoles aux clients de l’entreprise.

« On va faire parler de nous c’est certain, s’exclame François L. Tartre, responsable du projet chez Boldwin. Des gens de l’étranger vont vouloir goûter à des produits Québécois avant d’atterrir ici, et ils vont tout de suite se rendre compte que la bière de chez nous est excellente ».