/news/politics
Navigation

Immigration: les conservateurs répliquent à Bernier par des consultations

Gérard Deltell
Photo d'Archives Gérard Deltell

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – Embarrassés dans les derniers jours par les critiques de Maxime Bernier contre le «multiculturalisme extrême», les conservateurs ont répliqué mercredi en proposant des consultations sur l’immigration, et ce, à la veille de l’ouverture du congrès du parti à Halifax.

«M. Bernier, le député, parle pour lui-même. Il a tout à fait le droit de le faire et il le fait. Nous, nous avons des actions politiques à mener. C’est ce que nous faisons aujourd’hui, nous faisons une action politique positive, constructive», a lancé le député québécois Gérard Deltell en point de presse.

La porte-parole conservatrice en matière d’immigration a insisté de son côté pour marquer l’isolement de Maxime Bernier. «Ça me fait sourire, parce que Max n’est jamais venu me voir pour parler d’immigration», a observé Michelle Rempel.

Cette dernière y est allée d’un message pour le Beauceron rebelle en vue des prochaines élections générales. «Mon collègue a un choix à faire. Est-ce qu’il veut qu’Andrew Scheer gagne ou que Justin Trudeau gagne?», a-t-elle lancé.

Ni elle ni Gérard Deltell n’ont voulu dire s’ils appuieraient un vote visant à exclure Maxime Bernier du caucus.

«Ainsi donc, après m’avoir désavoué la semaine dernière et m’avoir dit de fermer ma gueule, mes collègues viennent de se rendre compte que les Canadiens considèrent ce sujet important et veulent en entendre parler? Bel exemple de leadership fort!» avait critiqué en matinée l’élu de Beauce sur Twitter.

Altercation

La tournée de consultations proposée par les conservateurs survient quelques jours après l’altercation entre le premier ministre canadien et une citoyenne à Sabrevois jeudi dernier.

Justin Trudeau a accusé de racisme une femme qui l’a apostrophé au sujet des 146 millions $ réclamés par Québec dans le dossier des migrants.

Il s’agit de Diane Blain, une militante de groupes identitaires, tels que Storm Alliance.

Les conservateurs ont dû défendre leur appui à la dame, refusant toutefois de la qualifier de raciste. «Cette personne-là, je ne la connais pas et les groupes dont vous parlez non plus. La réalité, c’est que chaque fois que le premier ministre est confronté à des situations comme ça, il sort l’insulte», a déploré Gérard Deltell.

Interpellée par les journalistes sur l’utilisation par Diane Blain de l’expression «Québécois de souche», qui a déclenché les accusations de racisme de Justin Trudeau dans la vidéo de l’événement, Michelle Rempel est restée prudente.

«Je ne suis pas Québécoise, donc je ne comprends pas pleinement le terme. Mais s’il offense les gens et qu’il n’aide pas à préserver le pluralisme au Canada, évidemment que je ne le soutiens pas», a-t-elle souligné.

Sondage

Les conservateurs n’ont pas voulu se mouiller mercredi au sujet des seuils de nouveaux arrivants à accueillir au pays. La veille, un nouveau sondage Angus Reid montrait qu’un Canadien sur deux souhaite que le pays accueille moins d’immigrants que la cible actuelle de 310 000 en 2018.

«L’immigration, ce n’est pas une question de chiffres, c’est une question humanitaire», a soutenu M. Deltell. Le parti s’en remet à une éventuelle analyse des besoins économiques au pays avant toute discussion sur les seuils.